/news/law

Palais de justice de Baie-Comeau

Représentations sur sentence au procès de Toby Carrier

TVA Nouvelles

 - TVA Nouvelles

Les représentations sur sentence au procès de Toby Carrier, reconnu coupable le 3 juin du meurtre non prémédité de son frère et de tentative de meurtre sur ses parents, ont eu lieu ce lundi au palais de justice de Baie-Comeau.

La Couronne propose une peine d’emprisonnement de 14 ans avant une libération conditionnelle tandis que la défense propose plutôt 10 ans. Elle a tenté de démontrer que l'accusé était toujours dangereux derrière les barreaux. En sept ans de détention préventive, Toby Carrier a eu 25 manquements disciplinaires, dont quatre pour violence physique envers des détenus et un agent correctionnel.

«À 19 ans, Toby Carrier se ramasse détenu sans contact avec sa famille pendant quatre ans, a retorqué Me Véronique Robert, qui représente l’accusé. N’importe qui aurait perdu les pédales dans ces circonstances.»

Lundi, la défense a fait témoigner le père de l'accusé, Nelson Carrier. Il a constaté que son fils souffrait de trouble de personnalité limite lorsqu'il a pu reprendre contact avec lui en 2013. Nelson Carrier a souligné que son fils a besoin d'une thérapie. Il pense que Toby Carrier a simplement souffert d'un moment de folie quand il a tué son frère bien-aimé en 2009 à Matane. M. Carrier a lui-même été victime d'une tentative de meurtre de la part de Toby Carrier.

Par la suite, la mère de l’accusé, Chantale Michaud, et Claude Beaulieu, un pasteur proche de la famille, sont venus à la barre raconter sensiblement la même chose.

«Faites attention aux trois témoins de la défense qui veulent que Toby Carrier sorte rapidement de prison parce qu’ils croient à la théorie de la dissociation alors que 24 personnes à deux procès n’y ont pas cru», a mis en garde le procureur du ministère public, Guy Loisel.

En juin dernier, le jury n’avait eu besoin que d’un jour et demi de délibérations pour déclarer l’homme de 27 ans coupable de meurtre au deuxième degré de son frère et tentative de meurtre sur ses parents. Le jury n’avait pas retenu la thèse de la non-responsabilité criminelle qui était au cœur de ce deuxième procès.

Toby Carrier avait déjà été déclaré coupable en 2013 au palais de justice de Rimouski avant que la Cour d’appel ordonne un second procès à Baie-Comeau.

Le juge Serge Francoeur pourrait rendre sa décision ce mardi.

Dans la même catégorie