/news/society

Étude de l’Université du Manitoba

Surpoids, problèmes cardiaques et diabète: attention aux édulcorants

Agence QMI

Se tourner vers des édulcorants artificiels qui ne contiennent pas de calories pour remplacer le sucre est peut-être une mauvaise idée, selon une étude de l’Université du Manitoba publiée lundi dans le «Journal de l’Association médicale canadienne».

Après avoir analysé 37 études antérieures faites auprès de 400 000 personnes, les chercheurs du Manitoba ont remarqué que la consommation de ces édulcorants comme l’aspartame est liée à des risques «relativement plus élevés» de gagner du poids, d’avoir de l’hypertension et du diabète, ainsi que de souffrir de maladies cardiaques.

«Ces édulcorants pourraient avoir des effets négatifs et il n’y a pas de fortes preuves qu’ils sont bénéfiques. Ce serait une bonne idée de les éviter», a mentionné la professeure à l’Université du Manitoba responsable de cette étude, Meghan Azad, à Global News.

«La prudence est de mise avant que les effets à long terme des édulcorants soient bien compris», a-t-elle précisé par communiqué.

C’est pour cette raison que son équipe mène une autre recherche pour déterminer comment la consommation d’édulcorants artificiels chez les femmes enceintes influence la prise de poids, le métabolisme et la faune intestinale de leur fœtus.

«En raison de l’usage généralisé des édulcorants, et de leur progression, ainsi que de l’épidémie d’obésité et de maladies associées, davantage de recherche est nécessaire pour connaitre les risques à long terme et les bénéfices de ces produits», a précisé Meghan Azad.

L’étude de l’Université du Manitoba ne portait pas sur les raisons pour lesquelles la consommation d’édulcorant pouvait être nocive pour la santé. Toutefois, Meghan Azad estime que cela pourrait être lié au fait que les gens qui boivent par exemple une boisson gazeuse sans calories se disent qu’ils peuvent ainsi manger davantage.

«Les personnes qui consomment des édulcorants artificiels ou des boissons diètes pensent qu’ils peuvent manger du gâteau. Ils transfèrent leurs calories à d’autres aliments», a dit la chercheuse à Global News.

Des mécanismes biologiques pourraient aussi être à l’œuvre. Le métabolisme et la faune intestinale pourraient également être affectés par ces produits sucrés qui ne contiennent pas de calories.