/news/culture

Metallica, Muse et Backstreet Boys

Un 51e aussi gros que le 50e dans la mire du FEQ

Cédric Bélanger | Agence QMI

Avec une programmation bourrée de stars comme P!nk, les Backstreet Boys, Metallica et Muse, le Festival d'été de Québec (FEQ) a mis le paquet pour fêter avec faste son 50e anniversaire. Foi de Daniel Gélinas, le 51e ne ressemblera pas à un lendemain de veille.

Le directeur général du FEQ a soutiré un large sourire à son directeur de la programmation, Louis Bellavance, quand il a laissé entendre, lors de la conférence de presse bilan de l'édition 2017, lundi, que le budget pour payer les artistes devrait rester au même niveau en 2018, entre 12 et 13 millions $.

«Les gens n'ont aucune raison de s'inquiéter du 51e», a assuré Daniel Gélinas.

C'est donc dire que Louis Bellavance aura encore les moyens d'attirer sept ou huit têtes d'affiche d'envergure sur les plaines d'Abraham.

«Si on a encore l'argent, 2018 va être spectaculaire. Je suis à quelques petits mouvements de conclure mon 1-2-3 punch sur les Plaines», a dit M. Bellavance, en se gardant bien d'identifier les stars qui sont dans sa mire.

Des festivaliers curieux

Le FEQ a tracé un bilan plus que positif de son édition 2017. «On a créé de l'émotion à grande échelle», s'est réjoui Daniel Gélinas.

Louis Bellavance a pour sa part vanté la curiosité des festivaliers «qui ont osé Kendrick Lamar et Gorillaz».

L'organisation a cependant refusé de nommer le spectacle qui a attiré le plus de festivaliers. Quant à l'achalandage, il faudra attendre au mois de septembre, lorsque les études conduites pendant l'événement seront disponibles, pour savoir si une nouvelle marque a été établie.

Avant-scène: pas de gros changements à prévoir

Par ailleurs, les rappeurs qui se plaignent de l'ambiance dans la zone avant-scène devront s'y faire. Le FEQ ne semble pas vouloir changer la configuration du site.

«Cela a toujours été une source de préoccupation de savoir que cette zone soit suffisamment remplie, surtout pour les premières parties. Mais cette année, à part le hip-hop et la soirée électro, ça n'a pas été un problème. On a déjà regardé plusieurs options. On va juste améliorer ce lieu, mais pas de là à dire qu'on va tasser ça complètement», a fait savoir Daniel Gélinas.

Gorillaz doit revenir

Succès-surprise de l'édition 2017, Gorillaz fait partie des artistes que le FEQ souhaite ramener à Québec au cours des prochaines années.

«Il faut qu'ils reviennent jouer à Québec ces gens-là. Damon Albarn, dans n'importe quelle formule, je suis là-dessus. Plus de P!nk? N'importe quand. Rammstein et Metallica, c'étaient des évidences qu'il fallait ramener, on l'a fait. Il y en a d'autres dans notre passé récent qui ne sont pas revenus encore. On pense à Bon Jovi notamment», a indiqué Louis Bellavance.

Malgré les critiques, le directeur de la programmation persiste et signe: Michel Louvain et Migos étaient au bon endroit à place D'Youville et au parc de la Francophonie.

«Quand on a la chance de faire quelque chose de trop gros pour un lieu, ça donne un moment magique», argue-t-il.

Daniel Gélinas: là «jusqu’à preuve du contraire»

Avec le départ de sa complice de longue date, la directrice des communications Luci Tremblay, qu'en est-il de l'avenir de Daniel Gélinas à la direction générale du FEQ? «Je suis là jusqu'à preuve du contraire», a-t-il répondu à une question du Journal à ce sujet.

On sait que des rumeurs de départ avaient circulé il y a quelques années en plein festival.

Dans la même catégorie