/news/society

Cimetière musulman à Saint-Apollinaire

Le refus du projet, «une victoire pour personne»

TVA Nouvelles

Le refus de transformer un terrain en cimetière musulman à Saint-Apollinaire n’est «pas une victoire», soutient une citoyenne qui a voté contre le projet lors d’un référendum dimanche.

À lire aussi:

-Saint-Apollinaire veut passer à autre chose

-Refus du cimetière musulman: «choquant» et «décevant»

-Rejet du cimetière musulman: «la peur toujours présente»

«Ce n’est pas une victoire, ni pour la mosquée, ni pour mon village, ni pour moi-même ou le Québec au complet. C’est une victoire pour personne», a déclaré Sunny Létourneau, du comité de l’Alternative citoyenne, en entrevue à LCN. «Ça a complètement déchiré la municipalité. Il y a des familles qui ne se parlent plus.»

La citoyenne, qui militait pour un cimetière multiconfessionnel plutôt qu’uniquement dédié aux musulmans, estime que le vote des citoyens n’a pas été guidé par la peur et la désinformation.

«Au début, ou, peut-être qu’il y en avait. Mais les choses ont évolué, on en a tellement parlé, souligne Mme Létourneau. C’était aussi aux promoteurs de s’assurer qu’il n’y avait pas de peur et de désinformation. Même avec la consultation publique, les gens n’ont même jamais été informés sur la vraie sépulture musulmane, qui est très simple. Il y a des lois fédérales qui régissent ça et ils sont enterrés six pieds sous terre, comme vous et moi. C’est seulement l’angle des tombes qui changent. Ils sont couchés sur le côté, avec le visage vers la Mecque.»

Elle assure que sa mobilisation aurait été identique si une autre communauté avait voulu obtenir un espace de sépulture exclusif à Saint-Apollinaire.

«Ma réaction aurait été la même, assure-t-elle. J’aurais appelé les gens à se rassembler plutôt que d’essayer de se diviser. C’est la solution présentement, et pour l’avenir. Il y a aucune communauté qui a le droit d’avoir plus de droits qu’une autre. Elles sont toutes égales.»

La militante dit d’ailleurs voir un problème à ce que les catholiques n’acceptent pas les gens d’autres religions dans leurs cimetières.

Avec un résultat pareil, le dossier du cimetière musulman à Saint-Apollinaire pourrait être considéré par certains comme un exemple de manque d’ouverture aux autres religions.

«Ça peut être mal perçu, effectivement, et c’est une des choses qui est douloureuse dans cette histoire-là, déplore Mme Létourneau. Mais la raison pourquoi j’accepte d’en parler, c’est pour démontrer qu’on a vraiment essayé d’ouvrir toutes les portes. On a offert plusieurs choix et à chaque fois, la porte a été refermée.»

Elle estime que comme ce sont les citoyens qui ont parlé via référendum, on devrait respecter leur choix et fermer le dossier.

Dans la même catégorie