/news/culture

Festival Juste pour rire

Village People fait danser Montréal

Samuel Pradier | Agence QMI

Sébastien St-Jean / Agence QMI

Village People a conquis la place des festivals de Montréal, remplie à pleine capacité, lundi soir, avec leurs plus grands succès. Le mythique groupe disco, qui a fait danser la foule pendant près de 60 minutes, présentait son spectacle célébrant le 40e anniversaire de sa formation, dans le cadre du festival Juste pour rire.

Sur bande enregistrée, sans musicien sur scène, Village People ont égrené leurs grands succès, dont quasiment tout le monde pouvait fredonner les refrains. Après avoir ouvert avec «Stomp», mêlant chansons et chorégraphies, les six compères ont immédiatement enchaîné avec «Macho Man», «Listen To The Music», «San Francisco» ou encore «Trash Disco», chanson durant laquelle ils rendent hommage à toutes les grandes vedettes des années 80.

De la formation originale, icône de la communauté homosexuelle, seuls Felipe Ortiz, l'Indien, et Alex Briley, le soldat, sont encore dans le groupe. Les autres membres (le policier, le cowboy, l'ouvrier et le motard) ont été changés en cours de route.

Chacun leur tour, ils s'adressent à la foule entre les chansons, souvent avec beaucoup d'humour. Le public rassemblé sur la place des festivals avait visiblement envie de faire la fête avec les six gars, tapant dans ses mains et reprenant les refrains en choeur.

En milieu de parcours, «Let's Go Back to the Dance» a fait lever le party, qui n'est jamais véritablement retombé par la suite.

Malgré leur âge, quelques rides et des silhouettes un peu plus arrondies, les gars ont la même énergie qu'à l'époque. Les chorégraphies sont, comme toujours, réglées au millimètre près. Même si on n'est pas sûr que ce soit réellement leurs voix qu'on entend tout au long de la soirée, le spectacle visuel qu'ils proposent et la popularité des chansons créent la magie.

En clôture de la soirée, Village People devait conclure avec un feu d'artifice de succès, enchaînant «In The Navy», «Go West» et bien sûr «Y.M.C.A».

Le jeune rappeur Montréalais Argento et le groupe AP3 (audioplayground3) ont ouvert la soirée, mais leur musique ne semble pas avoir convaincu la foule, n'obtenant que des applaudissements polis.