/regional/basstlaurent

Fleuve Saint-Laurent

Le bar rayé inquiète les pêcheurs

Gabriel Garon | TVA Nouvelles et Agence QMI

La présence du bar rayé dans les eaux du fleuve Saint-Laurent et des rivières du Québec inquiète les pêcheurs. Certains croient que le retour en force de ce poisson pourrait nuire aux activités de pêche.

Il faut dire que la pêche au bar rayé est interdite au Québec à l'exception d'une zone restreinte de la baie des Chaleurs, en Gaspésie.

L’espèce était disparue dans les années 1960 en raison de la surpêche dont elle a été victime. Depuis, le gouvernement tente de réintroduire le bar rayé dans le fleuve. Ce poisson reprend tranquillement, mais sûrement sa place dans l’écosystème.

«On a voulu réintégrer le bar rayé pour redonner à la biodiversité du golfe du Saint-Laurent. Une biodiversité qui était manquante. Le bar est en haut de la chaîne alimentaire: c’est un prédateur. C’est important pour le milieu, et pour l’écosystème. Éventuellement, on veut redonner le goût aux gens de pêcher, et leur redonner l’accès au fleuve», a expliqué Anne-Marie Pelletier, biologiste au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.

Cette dernière assure ainsi que l’espèce n’est pas envahissante ni nuisible.

Ce qui inquiète les pêcheurs, c’est que le bar rayé peut faire fuir les autres espèces, se nourrissant de petits poissons et de petits crustacés.

Avant de pouvoir permettre de nouveau la pêche au bar rayé et ainsi réduire sa population, le ministère doit prélever des échantillons. D’ici là, toute prise doit être remise à l’eau.

«Il y a moins d’éperlans qui sont pêchés, parce que le bar rayé ça mange de l’éperlan. Ça serait le "fun" [de pouvoir le pêcher] parce que c’est un gros poisson, un beau poisson pareil. Ça arrive qu’en pêchant l’éperlan, il se pogne sur nos lignes et c’est un challenge de plus», a indiqué le pêcheur amateur Richard Boucher.