/news/society

Sondage Léger Marketing

Plus de 80% de Québécois contre les seins nus dans les parcs aquatiques

Pierre-Paul Biron | Agence QMI

La décision du Groupe Calypso Valcartier d’interdire les seins nus dans ses parcs aquatiques fait consensus bien au-delà de sa clientèle d’après un sondage qui révèle que plus de 80% des Québécois sont en accord avec la position de l’entreprise.

Le sondage a été commandé à la firme Léger Marketing par le Groupe Calypso Valcartier lui-même.

«Nous voulions un coup de sonde externe qui serait fait en toute transparence. Ces données viennent crédibiliser l’opinion qu’avaient exprimée nos clients la semaine dernière», a affirmé vendredi Louis Massicotte, président du groupe réunissant le Village Vacances Valcartier et le Bora Parc, dans la région de Québec, ainsi que Calypso, un parc aquatique de la région d'Ottawa.

Forte majorité

Au total, ce sont 82% des Québécois qui appuient la décision du Groupe Calypso Valcartier d’interdire les seins nus dans ses parcs d’attractions. Lorsque l’on regarde seulement chez les femmes, le chiffre passe à 90 %.

«Nous n’avons pas pris cette décision par pudeur ou selon un quelconque ordre moral, nous avons tout simplement choisi d’écouter notre clientèle et le sondage vient confirmer cette décision», a ajouté M. Massicotte, qui soutient qu’une position contraire aurait été à l’encontre de l’offre de divertissement des sites.

«Nous offrons des parcs aquatiques, mais aussi des parcs thématiques avec des mascottes et des personnages. Ça n’aurait pas cadré du tout.»

Le président estime que ces chiffres mettront le débat au rencart pour «un petit moment». Et il se réjouit que des données scientifiques soient maintenant à disposition des différents organismes si la discussion revenait à l’ordre du jour.

«Je pense que ce sondage peut rester en référence parce qu’il reflète réellement l’opinion de la population en entier, a indiqué Louis Massicotte. Ce sera une trace documentée importante.»

Question qui fait jaser

Le débat sur les seins nus en public était revenu dans l’actualité à la mi-juillet lorsqu’une femme de Cornwall, en Ontario, a porté plainte au Tribunal des droits de la personne contre la municipalité qui interdit cette pratique dans ses piscines publiques. Une autre plainte visant le parc Calypso avait transporté la question jusqu’au Village Vacances Valcartier, propriété du même groupe.

Alors que la question faisait énormément jaser, la direction du Groupe Calypso Valcartier avait pris la décision de maintenir l’interdiction.

Le Regroupement des parcs aquatiques québécois (RPAQ) a appuyé cette décision et a transmis la même directive à ses membres.

Dans la même catégorie