/news/world

Liaison Tokyo-Paris

Un vol d’Air France évite de justesse un missile nord-coréen

TVA Nouvelles

Le plus récent tir de missile intercontinental en provenance de la Corée du Nord aurait pu provoquer une véritable tragédie aérienne, la semaine dernière. Sa trajectoire est passée à une centaine de kilomètres à peine d’un avion d’Air France qui transportait 323 passagers.

S’il avait décollé de 5 à 10 minutes plus tard, l’appareil aurait pu couper la trajectoire du missile nord-coréen, estiment les autorités américaines, tel que le rapporte la chaîne ABC. Le vol AF293 effectuait la liaison entre Tokyo et Paris, le 28 juillet, empruntant pourtant une voie aérienne légale éloignée de l’espace de non-survol au-dessus de la Corée du Nord.

De son côté, la compagnie française minimise l’incident et assure que le vol reliant l’aéroport Tokyo-Haneda et Paris-Charles-de-Gaulle «s’est déroulé conformément à son plan de vol et sans qu’aucun événement ne soit relevé. Ce vol a emprunté une des routes aériennes utilisées par de nombreuses compagnies pour relier le Japon à l’Europe», peut-on lire sur RFI.

Par précaution, Air France a tout de même élargi sa zone de non-survol autour du territoire nord-coréen.

Le missile balistique intercontinental a parcouru une distance de près de 1000 kilomètres avant de s’abîmer dans les eaux de la mer du Japon, a déclaré le régime de Pyongyang.

Cette histoire n’est pas sans rappeler l’écrasement d’avion de la Malaysia Airlines, survenu le 17 juillet 2014 dans l’est de l’Ukraine, près de la frontière avec la Russie. Une équipe internationale d’experts avait conclu que c’est un missile de fabrication russe qui avait abattu l’appareil, conduisant 298 personnes vers la mort.

Le missile en question aurait été tiré depuis un village sous le contrôle des rebelles séparatistes prorusses. La Russie a toutefois toujours nié avoir une part de responsabilité dans cette tragédie.

Dans la même catégorie