/news/politics

Convention internationale

Le Canada est obligé d’accueillir les migrants

Marie-Ève Dumont | Agence QMI

Refuge pour migrants

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Le Canada est tenu d’accueillir les réfugiés et de s’occuper d’eux jusqu’à ce que leurs dossiers soient traités en raison d’une convention internationale, mais pas de les garder.

«Un pays ne peut pas refouler les gens qui se présentent comme réfugiés. Le Canada doit continuer de les accepter, mais pas nécessairement de façon permanente, et leur donner l’opportunité de se présenter devant la Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada. Ils pourront ainsi avoir la chance de démontrer qu’ils vivent dans la crainte d’être persécutés pour obtenir le statut de réfugiés», explique Laura Madokoro, spécialiste de l’histoire des réfugiés à l’Université McGill.

Cette obligation vient de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés, à laquelle 160 pays, incluant le Canada, ont adhéré.

Pour pouvoir demander ce statut, les migrants ne passent pas par les douanes régulières, où ils seraient refoulés, mais par un passage irrégulier, comme le rang Roxham, situé à l’ouest de Saint-Bernard-de-Lacolle.

Obama

Par ailleurs, le président des États-Unis, Donald Trump, ne brise aucune convention en voulant renvoyer les Haïtiens dans leur pays d’origine puisque ceux-ci se sont fait accorder un privilège spécial par Barack Obama à la suite du tremblement de terre en 2010.

De plus, même si le Canada a la réputation d’être un pays accueillant ou ouvert, il ne l’est pas nécessairement plus que les autres puisque toutes les nations se basent sur la même convention. Tout le monde utilise plus ou moins les mêmes critères pour accepter ou non un réfugié, insiste Mme Madokoro.

Moins sollicité

«La définition est subjective, on peut l’interpréter différemment, mais ça se ressemble dans chaque pays. Tout le monde est sévère à peu près de la même façon», assure-t-elle.

Il faut aussi dire que le Canada est beaucoup moins sollicité que d’autres nations pour ce genre de demande en raison de sa situation géographique. Des pays d’Europe et les États-Unis reçoivent beaucoup plus de demandes que nous.

Parcours d’un migrant

1• À la frontière, il choisit s’il reste au Québec ou s’il part dans une autre province.

2• À son arrivée à Montréal, il est installé en centre d’hébergement.

3• Il doit se rendre au centre de Citoyenneté et Immigration Canada sur la rue Saint-Antoine pour obtenir une date d’audience devant un commissaire qui étudiera la recevabilité de sa demande d’asile.

4• Il fait une demande d’aide sociale qui sera traitée en 48 heures. Il obtient un premier chèque dans les huit jours suivants, s’il n’a pas les moyens de subsister.

5• Une fois son chèque d’aide sociale en poche, il peut se trouver un logement.

6• Plus d’un mois après son arrivée, il est reçu par un commissaire en immigration qui va traiter sa demande d’asile.

7• Le migrant peut faire une demande de permis de travail. La durée de traitement des dossiers n’est pas connue.

8• Environ six mois après son arrivée, le migrant reçoit une réponse sur sa demande d’asile. Si c’est positif, il peut faire une demande de résidence permanente au Canada. En cas de refus, il peut faire appel de la décision et rester dans l’attente durant des mois, voire des années.

Le YMCA, le Stade et une école

Les lieux d’hébergement des réfugiés à Montréal ne sont pas accessibles aux médias pour des raisons de confidentialité, mais le PRAIDA, qui est chargé de leur accueil, a fait une vidéo de ces installations, dont le YMCA.

Les réfugiés sont répartis dans une dizaine de centres à Montréal, dont les deux plus gros sont le YMCA de la rue Tupper et le Stade olympique qui comptent chacun 600 lits. Mais devant l’augmentation croissante des besoins, le gouvernement a déjà prévu d’installer 400 places dans l’école Saint-Raphaël. L’école anglophone d’Ahuntsic-Cartierville n’étant plus en usage, ses locaux pourront être réquisitionnés pour une période d’un an.

Dans la même catégorie