/regional/centreduquebec

Sainte-Perpétue

Course du cochon graissé: les animaux sont bien traités, selon les organisateurs

Yves Charlebois | Agence QMI

YVES CHARLEBOIS / AGENCE QMI

Les humains ont goûté à la médecine des porcs samedi soir à Sainte-Perpétue dans le Centre-du-Québec dans le cadre de la 40e édition du Festival du cochon.

Sur les douze participants à la course nationale du cochon graissé, à peine deux ont réussi à déjouer la ruse des suidés pour les attraper et les déposer dans un gros contenant. Émilie-Sophie Parenteau de Drummondville et Charles Nantel de Bécancour ont réussi l'exploit. Cette année, tous les participants étaient exceptionnellement des pompières et pompiers de différentes villes.

La controverse autour du bien-être des porcs utilisés lors de l'épreuve est un sujet chatouilleux au festival. Georges Laraque s’était fait entendre à ce sujet il y a deux ans.

Samedi, deux inspecteurs du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ) ont passé la journée et la soirée à Sainte-Perpétue, à titre d'observateurs. Ils ont pris des images de la course. Ils n'avaient aucun commentaire à formuler.

Les organisateurs craignent toujours les manifestations des défenseurs des droits des animaux. Ils engagent donc pas moins de dix agents de sécurité pour protéger le site de la compétition.

Marc-André Boisclair est responsable des porcs depuis des années pour cette activité. Il est producteur laitier à Sainte-Perpétue. M. Boisclair tient à mentionner que les animaux sont issus d'un élevage commercial. Deux mois avant la course, ils sont placés dans un enclos à l'extérieur où ils peuvent courir à leur guise.

La journée de la course, ils sont mis dans un enclos avec, au sol, un tapis de caoutchouc. L'enclos est recouvert d'une toile pour les protéger du soleil et ils ont accès à de l'eau courante.

Lors de la course, aucun animal ne participe à plus d'une épreuve pour lui éviter du stress supplémentaire. Samedi soir, 14 bêtes étaient dans les enclos. Avant l'épreuve, malgré la musique forte, ils dormaient tous les uns contre les autres. Après la course, les animaux devaient retourner dans des enclos extérieurs pour compléter leur croissance.

Les hommes doivent tenter d'attraper un porc de 60 kilos et les femmes, un animal de 30 kilos. Lors de la course, il est défendu de prendre une bête par une oreille ou la queue sous peine d'expulsion immédiate.

L'idée de cette compétition est venue il y a 40 ans. À l'époque, on retrouvait à Sainte-Perpétue un abattoir de porcs. Il arrivait parfois qu'un animal s'enfuyait lors du débarquement d'un camion. Les gens du village s'amusaient de voir les camionneurs courir après les porcs dans les rues. Le plus comique est survenu lors d'une pluie abondante où un camionneur s'est retrouvé dans la boue.

En plus de la course nationale du cochon graissé, le Festival présente des spectacles professionnels avec, cette année, Gregory Charles, Les Cowboys fringants et Éric Lapointe. Les profits vont aux loisirs des jeunes de cette petite municipalité de 943 habitants.