/regional/montreal/montreal

Montréal

Haïti salue les efforts canadiens pour l'accueil de réfugiés

Agence France-Presse et Agence QMI

Avec l'arrivée massive de réfugiés haïtiens au Canada des États-Unis, le ministre des Affaires étrangères d'Haïti, Antonio Rodrigue, a salué mardi à Montréal les efforts des autorités canadiennes pour les accueillir sachant que leur retour sur l'île poserait des difficultés.

Antonio Rodrigue, accompagné de la ministre des Haïtiens vivant à l'étranger Stéphanie Auguste, veut «connaître les besoins (...) des milliers de nos compatriotes ici au Canada».

Depuis la fin juillet, plus de 2500 Haïtiens ont fui les États-Unis pour demander l'asile au Canada en traversant la frontière avec le Québec et être hébergés dans des centres d'accueil à Montréal. Une migration qui se poursuit chaque jour à un rythme régulier, selon les autorités.

Les ministres haïtiens ont, lors d'une conférence de presse, adressé leurs remerciements «au gouvernement canadien, au gouvernement provincial du Québec et à la mairie de Montréal».

Les représentants du gouvernement haïtien devaient rencontrer mercredi la ministre de l'Immigration du Québec Kathleen Weil, qui souhaite une prise en charge et un examen rapides des demandes d'asile. Mme Weil avait la semaine dernière plaidé pour que le gouvernement fédéral procède à un premier tri des réfugiés dès la frontière, pour assurer une répartition dans toutes les provinces canadiennes.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, mardi aux côtés des deux ministres haïtiens, a affirmé que «le coeur de la diaspora haïtienne est à Montréal». Sans vouloir parler de crise, il a souhaité «travailler main dans la main» avec toutes les parties pour gérer au mieux le flot de réfugiés.

Facteur Trump?

M. Rodrigue a néanmoins affirmé que les autorités haïtiennes pourraient aider les demandeurs d’asile qui n’ont plus de pièces d’identité ou de passeport.

«Déjà notre présence va contribuer à rassurer nos compatriotes», a-t-il lancé, en répondant à seulement quelques questions des médias.

Antonio Rodrigue ne croit pas que la politique mise de l’avant par le président américain Donald Trump soit le seul facteur ayant poussé des milliers de migrants haïtiens à vouloir traverser la frontière canadienne, bien qu’elle puisse «rendre les gens inquiets».

«Peut-être que des gens voient que la nouvelle politique migratoire aux États-Unis est défavorable à leurs conditions? Et ils voient le Québec et le Canada comme des terres plus hospitalières», avance-t-il, mentionnant au passage le visa temporaire obtenu par les Haïtiens après le tremblement de terre en 2010 qui pourrait ne pas être renouvelé aux États-Unis.

Amélioration

«Les Haïtiens parlant français, peut-être qu’ils pensent qu’ils peuvent mieux s’intégrer ici», poursuit le ministre des Affaires étrangères.

M. Rodrigue a souligné que son gouvernement, en place depuis six mois, multiplie les efforts pour qu’Haïti fasse son chemin «petit à petit vers la stabilité, le renforcement de la démocratie et des institutions».

«Le gouvernement est en train de faire des efforts pour améliorer les choses en Haïti. Non seulement pour garder les ressortissants, mais permettre à ceux qui veulent revenir qu’ils puissent trouver leur place dans la société haïtienne», a-t-il affirmé.

Il a toutefois admis que son pays est «encore en train de se remettre sur pied», mais que «ça prend du temps».