/regional/troisrivieres/mauricie

Loyer impayé

Fermeture du bistro des Sœurs Grises à Trois-Rivières

Émilie Vallée | TVA Nouvelles

Malgré un emplacement de rêve en plein cœur du centre-ville de Trois-Rivières et une période de l'année où l'achalandage ne devrait pas être un problème, le bistro-brasserie Les Sœurs Grises s'est tout de même résigné à fermer ses portes après seulement un an d'opération.

«On parle d'une fermeture en plein Grand Prix, au plus fort de la saison touristique. Mais il y avait un historique qui faisait que ça n'allait pas très bien depuis le début», a expliqué Mathieu Lahaye, directeur général de la Société de développement commercial du centre-ville de Trois-Rivières.

Une histoire qui rappelle celle du cabaret Satyre, qui a fermé ses portes en janvier après quelques mois.

Malgré ces fermetures, il n'y aurait pas trop de restaurants à Trois-Rivières. «On est dans la moyenne provinciale, mais il faut se démarquer», a indiqué Claude Gauthier, président de l'Association des restaurateurs du Québec.

Il faut dire que le milieu de la restauration est un domaine difficile. Les marges de profits sont minces et les faillites nombreuses. «Sept restaurants sur 10 ne font pas cinq ans», a confirmé M. Gauthier.

Les Sœurs Grises et le Satyre louaient leurs locaux du même promoteur. Dans les deux cas, les jeunes entrepreneurs ont investi des sommes importantes pour les rénovations.

«Ils investissent beaucoup dans les travaux et ça fait qu'ils ont les reins moins solides», a estimé Mathieu Lahaye. «La décoration ce n'est pas un gage de succès», a renchéri Claude Gauthier.

Le bistro était opéré par des propriétaires montréalais, qui doivent 81 000 $ en loyer impayé.

La succursale montréalaise des Sœurs Grises, située sur la rue McGill, est toujours ouverte.