/regional/montreal

À plus de 95%

Les policiers de Montréal adoptent leur nouvelle convention collective

Agence QMI

Les policiers de Montréal ont officiellement mis fin à des années de moyens de pression en entérinant leur nouvelle convention collective, jeudi.

Au terme d’un vote tenu du 8 au 10 août, 95,3% des membres de la Fraternité des policiers et policières de Montréal ont appuyé l’entente de principe. Le taux de participation a été de 80,1 %, a indiqué le syndicat dans un bref communiqué, jeudi soir.

La nouvelle convention collective encadrera les conditions de travail des quelque 4600 agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) pour une durée de sept ans, soit du 1er janvier 2015 au 31 décembre 2021.

 

«C’est une bonne entente pour les deux parties, une entente négociée, une entente gagnant-gagnant», s’est limité à dire le président de la Fraternité, Yves Francoeur.

L’entente de principe avait été conclue entre la Ville et la Fraternité des policiers et policières de Montréal le 24 juin dernier. À ce jour, peu de détails ont filtré sur cette entente.

Lors de l’annonce de l’entente de principe en juin, la Fraternité s’était réjouie d’être parvenue à régler, avec la Ville, «les questions de la convention et du régime de retraite pour une période de sept ans, allant du 1er janvier 2015 au 31 décembre 2021».

Le conflit de travail entre la Ville et les agents du SPVM a été houleux, ces derniers réalisant quelques actions d’éclat, en plus d’adopter leurs iconiques casquettes rouges et «pantalons de clown».

Le conflit avait pris naissance après l’imposition d’une restructuration des régimes de retraite imposée par le gouvernement libéral.