/regional/montreal/monteregie

Visite des lieux

Pas de signes de ralentissement à la frontière

TVA Nouvelles 

L’afflux de migrants demeure constant au poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle. Après une autre nuit occupée, les forces armées canadiennes poursuivent l’installation de tentes pour loger les migrants.

Les soldats sont heureux de remplir ce rôle essentiel et d’aider les gens qui ont traversé la frontière.

«C’est sûr que c’est enrichissant. Nous avons tous rejoint les forces pour aider le peuple, peu importe d’où les gens proviennent», a dit l’une d’entre eux.

Depuis hier, une vingtaine de tentes ont été montées. Les militaires ont pour objectif d’en ouvrir 32 d’ici la fin de la journée, équipées de lits et de planchers temporaires. Ces tentes, éclairées et chauffées, peuvent loger jusqu’à 16 personnes.

Ce sont les autres agences gouvernmentales impliquées qui s'occupent d'installer des toilettes et des points d'eau, a expliqué Éliane Trahan, des Forces armées.

Des installations temporaires ont également été montées près du bâtiment occupé par les agents de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) pour servir de bureaux aux agents.

Sur l’ensemble du site, du rang Roxham au poste frontalier, environ 1000 migrants occupent les installations. Le mouvement se poursuit tous les jours. De nouveaux demandeurs d’asile traversent la frontière, tandis que d’autres sont transportés à Montréal.

La Croix-Rouge est pour sa part sur le point d’entrer en scène pour aider ceux qui traversent la frontière.

L’organisme va s’occuper de la gestion des lits et devrait offrir un service médical pour évaluer l'état des personnes qui en ont besoin.

Un service sera aussi offert aux migrants qui tentent de retrouver des membres de leur famille qu'ils auraient perdus lors de leur voyage.

Dans la même catégorie