/regional/abitibi

Mort de deux adolescentes

Choc et incompréhension chez les ados de l’Abitibi

David Prince | Agence QMI 

Les proches de deux adolescentes de 16 ans happées mortellement pendant qu’elles faisaient une promenade de santé s’expliquent mal comment une telle tragédie a pu survenir et veulent des réponses.

Shana Rochon et sa cousine Camille Lacombe marchaient sur l’accotement de l’avenue Granada à Rouyn-Noranda mercredi après-midi lorsqu’une voiture a dévié de sa voie pour les percuter mortellement par-derrière toutes les deux.

La mort des deux ados a créé une onde de choc chez des dizaines d’adolescents de Rouyn-Noranda, une ville de 40 000 habitants.

Sécuritaire

«Tout le monde les connaissait à l’école. Ça va créer un grand vide lors de la rentrée scolaire. Ce serait le fun que l’école organise quelque chose à leur mémoire parce que tout le monde les aimait», raconte le frère de Camille, Zachary Lacombe, 14 ans, à qui le sourire contagieux de sa sœur va manquer à jamais.

L’accident est arrivé en plein jour dans une zone de 70 km/h, à une quinzaine de mètres de la zone de 50 km/h à l’entrée du quartier de Granada.

«Ce n’est pas un endroit dangereux pour marcher. Il faut que le conducteur ait eu une grosse distraction pour ne pas les avoir vues», assure Caroline Trottier, la belle-mère de Camille Lacombe, qui a bien hâte de connaître la cause de l’accident.

Premier party

La journée de mercredi avait pourtant bien commencé pour Shana, Camille et leurs amis. Leurs parents leur avaient donné la permission pour la première fois de faire un petit party sans surveillance dans un chalet familial. Toute la journée, ils se sont préparés et ont fait des plans pour la soirée.

Vers 16 h, Shana et Camille sont sorties pour faire une marche dans le quartier, comme elles le faisaient très régulièrement, surtout depuis que Shana avait subi une délicate opération au dos le printemps dernier. Elle marchait pour se remettre en forme.

«Je vais toujours retenir de Shana sa force de caractère. Même si elle avait constamment mal au dos, elle était toujours souriante. C’était une battante et un exemple pour tout le monde», a raconté sa tante, Tamara Ramsey, rencontrée alors qu’elle venait déposer des fleurs hier après-midi à l’endroit où le drame est survenu.

Pressentiment

L’ami de cœur de Camille, Maxime Picard, 14 ans, a eu un mauvais pressentiment lorsqu’un de ses amis lui a dit que des piétons avaient eu un accident.

«Je textais Camille et elle ne me répondait pas. On s’est rendu chez Shana et elle n’y était pas. Je savais que c’était elles. Son amour va tellement me manquer», a-t-il mentionné.

Camille Lacombe était une artiste-peintre vouée à un bel avenir et une élève qui travaillait très fort et visait toujours la perfection, selon ses proches.

«Regardez en avant» au volant

Lorsque le jeune conducteur qui a happé mortellement deux adolescentes de 16 ans mercredi à Rouyn-Noranda a appelé le 911, il ignorait avoir renversé deux personnes et croyait peut-être avoir heurté un objet.

Selon nos informations, il a raconté aux policiers ne jamais avoir vu les deux ados sur le bord du chemin. L’accident est pourtant survenu en plein après-midi alors que le temps était clair.

Pour une raison qui reste à déterminer, sa voiture a dévié de la route happant les deux jeunes filles. Les policiers excluent pour l’instant la vitesse et l’alcool pour expliquer le drame.

«C’est une distraction. Tout ça aurait pu être évité. Il faut attendre pour connaître la cause exacte, mais deux voitures sont passées avant et les ont vues. Je n’ai qu’une chose à dire : ‘‘regardez en avant quand vous conduisez’’», a lancé la tante de Shana Rochon, Tamara Ramsey.

Aucune trace de freinage n’a été notée sur les lieux de l’accident par les policiers.

«Je suis intervenue avec mon cœur de mère»

Sophie Leblanc, une mère de famille, est arrivée sur les lieux quelques minutes après l'accident. Elle a tenu compagnie à l'une des victimes jusqu’à l’arrivée des premiers répondants.

«Nous l’avons tenue immobile, on lui a parlé, a-t-elle raconté avec émotion. Je suis intervenue avec mon cœur de mère. Tout ce que j’ai pu faire, c’est de lui parler, de l’encourager. On essayait de la garder un peu éveillée, de la rassurer.»

Pas de jugement

Selon nos informations, deux chiens se trouvaient dans la voiture. Les policiers enquêteront également à savoir s’ils n’auraient pas distrait le conducteur.

Le frère de Camille Lacombe, Zachary, a hâte de connaître la raison de la mort de sa sœur.

«Les policiers nous ont dit qu’ils allaient regarder dans [le] cellulaire [du conducteur] et qu’ils feraient une inspection mécanique du véhicule», a-t-il dit avant de demander à tous les automobilistes d’être plus prudents.

La belle-mère de Camille Lacombe, Caroline Trottier, refuse cependant de porter un jugement hâtif sur le conducteur.

«Il devra vivre avec ça toute sa vie. Ce ne sera pas facile pour lui non plus. De nos jours, c’est très facile d’être distrait au volant et ça arrive à plusieurs automobilistes», a-t-elle dit.

Dans la même catégorie