/regional/montreal

Bilan de l’usage de l’eau potable

L’agglomération de Montréal a consommé 2% moins d’eau en 2016

Agence QMI

www.jupiterimages.com/unlimited

L’agglomération de Montréal a produit et consommé 2 % moins d’eau potable l’an dernier par rapport à 2015, selon le Bilan de l’usage de l’eau potable 2016 dont les grandes lignes ont été rendues publiques vendredi.

En 2016, la production totale des six usines de production d'eau potable de l'agglomération a été de 588 millions de mètres cubes, alors qu’en 2015, elle avait été de 600 millions de mètres cubes.

Par personne, par jour, la production d’eau potable l’an dernier était de 801 litres, comparativement à 823 litres en 2015.

Le nouveau rapport indique en outre que la production d'eau a diminué de 22 % dans l’agglomération montréalaise depuis 2001 et de 28 % lorsque ramenée sur une base par personne.

«L'objectif de réduction de la stratégie québécoise d'eau potable (SQEEP) de réduire de 20 % la production d'eau par personne d'ici 2017 est largement dépassé», a souligné le cabinet du maire et du comité exécutif de la Ville de Montréal dans un communiqué en rendant publiques les plus récentes données sur l’usage de l’eau.

«Ce bilan, qui illustre une baisse constante de la production d'eau sur l'Île depuis 2001, nous permet de prendre la mesure des résultats attribuables aux efforts déployés et également, d'orienter nos actions pour les prochaines années, afin de poursuivre sur cette lancée», a commenté le maire Denis Coderre.

La responsable de l'eau et des infrastructures de l'eau au comité exécutif et mairesse de l'arrondissement de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, Chantal Rouleau, a pour sa part affirmé que «ces gains sont attribuables notamment aux mesures prises par la Ville dans le renouvellement du réseau d'aqueduc de Montréal au cours des dernières années».

En 2016, plus de 50 km de conduites primaires et secondaires ont été renouvelés, contre 51 km en 2015.

La recherche systématique de fuites a permis, en 2016, de localiser 490 fuites non apparentes, soit 100 de plus qu'en 2015.