/regional/montreal/monteregie

Saint-Bernard-de-Lacolle

Les douaniers débordés font appel au privé

Vincent Larin | Agence QMI 

Les douaniers qui faisaient auparavant les courses et la cuisine pour les migrants au poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle sont si débordés depuis quelques jours qu’un traiteur a été engagé pour les remplacer.

«C’est un de nos agents qui allait faire les courses en pick-up au Costco, mais quand ça s’est mis à exploser, on ne pouvait plus s’occuper des sandwichs», lance le président du syndicat des douaniers, Jean-Pierre Fortin.

Jeudi soir, près d’une dizaine de bénévoles de la Croix-Rouge sont arrivés sur place pour prendre en charge le campement d’une trentaine de tentes installées pendant la journée par l’armée canadienne.

En plus de gérer les lits, les membres de l’organisme distribuent la nourriture et des produits d’hygiène, indique un porte-parole de la Croix-Rouge, Carl Boisvert.

«On est là à la demande de l’Agence des services frontaliers», a-t-il ajouté.

Dormir sur l’asphalte

Pendant la journée, environ 300 migrants étaient venus s’ajouter aux 900 qui étaient déjà présents sur le site et leur rythme d’arrivée ne semblait pas ralentir, selon M. Fortin.

«Il y avait tellement de gens avant ça que certains ont dû dormir sur l’asphalte ou encore dans un entrepôt qu’on a vidé, raconte M. Fortin. Certains avaient seulement une petite couverte pour se couvrir.»

Des agents d’une firme de sécurité privée sont également sur place pour aider les douaniers débordés à gérer l’afflux de migrants.

Selon lui, il serait plus avantageux que les opérations de traitement des demandes d’asile soient déplacées à la base militaire de Saint-Jean-sur-Richelieu où les douaniers disposeraient de plus de postes informatiques.

Moins pire à Montréal

À Montréal, la situation était tout autre alors que le nombre de personnes logées de façon temporaire a diminué mercredi pour la première fois depuis le début de l’arrivée massive des migrants dont la majorité est originaire d’Haïti.

Environ 278 personnes ont pu prendre congé des installations où elles sont hébergées un peu partout à Montréal. Ce même jour, 156 personnes étaient arrivées, selon les chiffres du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) Centre-Ouest-de-l’île-de-Montréal qui gère ce dossier.

«Est-ce un événement isolé où ça va se poursuivre, on ne le sait pas, explique la porte-parole du CIUSSS, Francine Dupuis. Mais on a de la place pour les accueillir.»

Dans la même catégorie