/news/culture

Ambassadrice de Trois-Rivières

Christine Beaulieu: l’appel de la nature

Samuel Pradier | Agence QMI

FRÉDÉRIC AUCLAIR/TVA PUBLICATIONS/AGENCE QMI

Comédienne de théâtre reconnue, Christine Beaulieu fait son chemin au petit écran. Elle sera notamment de retour dans «Lâcher prise» à la rentrée, en plus de tenir un rôle important dans la nouvelle série «Hubert et Fanny».

Mais cet été, la comédienne est surtout l’ambassadrice de sa ville d’origine, Trois-Rivières.

Même si elle a quitté sa région natale depuis près de 15 ans, Christine Beaulieu reste attachée à la ville de Trois-Rivières et ses environs. «J’y retourne le plus souvent possible. Mes parents sont encore à Pointe-du-Lac, et j’ai deux soeurs, des jumelles, qui habitent à Trois-Rivières. Elles ont deux enfants chacune, et c’est sûr que je vais les voir dès que je le peux. Quand on m’a proposé d’être ambassadrice, je me suis dit que c’était une possibilité d’y aller encore plus souvent et de participer à toutes les activités offertes dans la région.»

La comédienne est d’ailleurs intarissable quand il s’agit de vanter les mérites de la capitale de la Mauricie. «C’est incroyable ce qui se passe actuellement à Trois-Rivières. Il y a une effervescence économique avec l’amphithéâtre Cogeco, les nouveaux restos et plein de commerces qui ouvrent. C’est d’autant plus touchant pour moi que ce sont tous des amis d’enfance, des amis du secondaire qui sont en train de reprendre le flambeau des entreprises.

Mon amie d’enfance, ma voisine, vient de prendre la tête du Musée québécois de culture populaire. J’ai un autre ami qui a lancé une compagnie de vidéos. Durant toute mon adolescence, j’ai travaillé dans une ferme à Pointe-du-Lac, et la propriétaire de cette ferme, qui est la meilleure amie de ma soeur, vient d’ouvrir un restaurant au centre-ville.»

Un équilibre de vie

Malgré sa passion pour la Mauricie, Christine Beaulieu s’est attachée à Montréal, où elle vit depuis 2003.

«Il y a cinq ans, j’ai acheté, toute seule, un endroit que j’aime beaucoup, où je suis bien. Mais je ne suis pas forcément une fille de ville. J’aime Montréal, mais j’ai aussi besoin de la nature, le plus possible; j’y retourne dès que je le peux. J’ai été élevée à la campagne. Il y a un grand bois à l’arrière de chez nous. J’ai vraiment besoin des deux. Avec ma famille, on a un super beau chalet dans le nord de la Mauricie. Ça adonne également que mon amoureux actuel (NDLR: Elle est en couple avec Roy Dupuis.) habite à la campagne. J’y vais donc souvent, et ça me fait du bien. Dans le contact avec la nature, il y a quelque chose qui me remet à la bonne place.»

Des rôles intéressants

Après avoir joué une bimbo dans le film «Le mirage», Christine Beaulieu a compris qu’elle pouvait être la blonde de service sans se fermer la porte pour des rôles moins stéréotypés.

«J’ai eu peur d’être catégorisée dans ce genre de personnage, mais j’ai décidé de le faire à fond. J’ai finalement été en nomination pour ce rôle, et ça m’a beaucoup touchée. Ce n’est pas vrai qu’un personnage de belle fille doit être réduit à une seule couleur. Et puis j’ai continué à travailler sur d’autres projets, et les gens ont eu accès à d’autres facettes de moi.»

En plus de jouer régulièrement la pièce-documentaire «J’aime Hydro» en tournée, la comédienne tourne beaucoup pour le petit écran. Elle sera notamment de retour dans la série «Lâcher prise», à la rentrée, dans le rôle de la femme du policier.

«Je vais être davantage présente dans la série; c’est tout ce que je peux dire.»

Elle fait aussi partie de la distribution de la nouvelle série «Hubert et Fanny», qui sera diffusée l’hiver prochain à ICI Radio-Canada Télé. «Je joue Frédérique, la soeur de Fanny, qui n’a pas du tout la même personnalité. Fanny est très romantique, sensible et fait du travail social au CLSC. Moi, je joue une urologue, très masculine, avec des avis très tranchés. C’est un personnage assez drôle, c’est le fun à jouer. Richard Blaimert a pondu une série vraiment bien écrite. Ce sont des personnages très humains.»

Elle se réjouit aussi de travailler avec Mariloup Wolfe, qui réalise la série. «Elle est vraiment bonne. Elle est très attachée au jeu. Et puis, c’est la première fois que j’ai autant de jours de tournage sur une série. Je suis très contente!»