/regional/montreal/monteregie

Saint-Jean-sur-Richelieu

Départ timide pour l'International de montgolfières

Yan Lauzon | Agence QMI

Est-ce dû à l'annulation de l'envolée des ballons et aux conditions météo incertaines que la 34e édition de l'International de montgolfières de Saint-Jean-sur-Richelieu s'est amorcée, samedi soir, sans grand éclat?

Les gars de Dubmatique, après une absence de 19 ans au festival, ont été confrontés à un parterre clairsemé à leur arrivée sur scène.

Malgré une aisance sur scène, Jérôme-Philippe Bélinga et Ousmane Traoré - alias Disoul et OTMC - n'ont pas été appuyés par un public très actif ni très bruyant.

Souhaitant faire de cette soirée «une énorme piste de danse», Dubmatique a lancé les festivités avec l'entraînante «La vibe» et a enchaîné avec «Ladies Night». Des rythmes qui n'ont par contre pas provoqué de mouvement de masse.

Le choriste de Céline

Bélinga et Traoré ont été appuyés par plusieurs invités. Ainsi, pour remplacer Nodeja sur «Plus rien n'est pareil», ils ont accueilli Barnev Valsaint, choriste régulier de Céline Dion depuis 18 ans. «Si ce soir on est là, c'est grâce à ce gars-là», a précisé OTMC.

Au final, c'est une prestation honnête de 70 minutes d'une quinzaine de chansons que Dubmatique a livrée sans la colère de dame Nature. Mais il manquait de chaleur et une participation du public pour que ce rendez-vous soit magique.

Wyclef Jean en renfort

C'est donc à Wyclef Jean qu'est revenu le mandat de véritablement lancer le festival. Affublée de grosses lunettes de soleil et habillée d'une chic chemise blanche, la star avait pris un peu de retard sur l'horaire prévu, mais a rapidement fait monter l'intensité dès son arrivée.

Grâce à une pièce surmontée du refrain de «Ready or Not», succès de son défunt groupe, The Fugees, il a rapidement fait rimer sa prestation avec rythme et sonorités diverses. Énergique et en voix, le chanteur de 47 ans en a même profité pour se payer une petite visite dans la foule et apporté son soutien aux migrants haïtiens.

Pigeant allègrement dans un répertoire bien connu, il a notamment interprété la pièce «Maria Maria» qu'il a popularisée avec Carlos Santana, «911», le classique «No Woman No Cry» de Bob Marley et «Killing Me Softly», méga «tube» des Fugees.

Faisant les choses à sa façon, avec un «vibe» décontracté et communiquant souvent avec la foule, il a aussi joué d'audace en passant d'un extrait de «Ne me quitte pas» de Jacques Brel à... «Hips Don't Lie». Une audace payante et salutaire pour une soirée festive.

Dans la même catégorie