/regional/montreal/laval

Entre 100 et 200 adolescents

Des affrontements entre groupes de jeunes perturbent le Festival marocain de Laval

Agence QMI

Le Festival marocain de Laval a été interrompu samedi en début de soirée en raison d’affrontements entre des groupes de jeunes qui s’en sont également pris aux forces de l’ordre.

Les festivités sur l’ancien site de Cavalia en bordure de l’autoroute 15 avaient commencé vers 14 h comme prévu, mais vers 17 h 30 entre 100 et 200 jeunes, de 15 à 18 ans environ, ont commencé à se bagarrer entre eux, a mentionné la lieutenant Geneviève Villemure, du service de police de Laval.

«Les policiers ont tenté d’intervenir, mais les jeunes leur ont lancé des roches, a expliqué la porte-parole de la police. Ils se cachaient et ont même encerclé des policiers à un certain moment.»

Une cinquantaine de policiers étaient présents sur le site.

Le calme est revenu vers 22 h et le festival a dû être annulé.

«Les policiers ont procédé à l’évacuation des gens sur le site, dont plusieurs familles», a ajouté la lieutenant Villemure.

Deux personnes, un policier et un citoyen, ont été blessées par des roches lancées sur elles durant les affrontements.

Au cours de la soirée, la police a procédé à l'arrestation d'un jeune de 15 ans. Détenu pour agression armée, il était encore en interrogatoire avec les enquêteurs en début de nuit.

Du côté de l’organisation du Festival marocain de Laval, on parle de jeunes qui n’en sont pas à leurs débuts dans ce genre d’affrontements publics.

Jointe au téléphone en soirée par l’Agence QMI, la présidente du festival, Fatima Maarouf, a indiqué que ce sont de jeunes Algériens qui se bagarrent avec de jeunes Marocains.

«Ils s’affrontent lorsqu’ils se rencontrent, a-t-elle déploré. Ils sont à tous les festivals. Ils ont fait la même chose au parc Jarry à Montréal il y a quelques semaines [lors d’un autre événement de la communauté marocaine]. Ils étaient 200 au parc Jarry.»

Mme Maarouf a indiqué qu’elle ne savait pas encore si le festival de Laval allait se poursuivre comme prévu dimanche en raison des problèmes survenus samedi.

«Nous avons fait venir des artistes du Maroc, ça coûte cher», a-t-elle ajouté.