/news/world

Corée du Nord

Les États-Unis toujours «intéressés» par un possible dialogue

Agence France-Presse 

Les États-Unis restent ouverts à un possible dialogue avec la Corée du Nord, qui a décidé de ne pas mettre à exécution pour l'instant son projet de tirs de missiles près du territoire américain de Guam, a déclaré mardi le secrétaire d'État américain.

«Nous sommes toujours intéressés par la recherche d'une voie vers le dialogue, mais cela dépend de lui», a affirmé Rex Tillerson au sujet de Kim Jong-Un.

Le dirigeant nord-coréen a expliqué qu'il allait «observer encore un peu le comportement idiot et stupide des Yankees» avant d'éventuellement lancer les missiles, a rapporté mardi l'agence de presse officielle nord-coréenne KCNA. S'ils «persistent dans leurs actions irresponsables et dangereuses dans la péninsule coréenne», la Corée du Nord prendra des mesures «telles que déjà annoncées», a-t-il toutefois ajouté.

«Je n'ai pas de réponse à ses décisions pour l'instant», a précisé le chef de la diplomatie américaine, qui répondait brièvement à une question de la presse après avoir présenté le rapport annuel des États-Unis sur la liberté religieuse dans le monde.

Rex Tillerson a déjà affirmé que l'administration américaine était prête à négocier avec Pyongyang, mais à condition que la Corée du Nord renonce à ses ambitions nucléaires.

«Les États-Unis veulent négocier avec Pyongyang», avait-il assuré la veille dans une tribune conjointe avec le ministre de la Défense Jim Mattis. Mais pour s'asseoir à la même table que des émissaires de Kim Jong-Un, la diplomatie américaine demande des preuves de leur bonne foi qui pourraient prendre la forme d'une «cessation immédiate de ses menaces provocatrices, des essais nucléaires, des lancers de missiles et d'autres tests d'armements».

Interrogée sur les conditions émises par Washington à d'éventuels pourparlers, la porte-parole du département d'État américain Heather Nauert a répondu que la Corée du Nord devait «prendre des mesures très sérieuses et nous démontrer sérieusement son intérêt dans une dénucléarisation de la péninsule coréenne».

Sans être plus précise sur les mesures attendues, elle a toutefois laissé entendre qu'une pause dans les essais nucléaires et balistiques nord-coréennes ne serait pas suffisante. «Elle devra faire beaucoup plus», «la Corée du Nord sait ce qu'elle doit faire», a-t-elle ajouté, assurant en revanche que les États-Unis n'entendaient pas de leur côté renoncer à leurs exercices militaires conjoints avec la Corée du Sud dans la région.

Les dernières semaines ont été marquées par une escalade dans la crise nord-coréenne, après des essais de missiles intercontinentaux par Pyongyang et des déclarations controversées du président américain Donald Trump, qui a promis «le feu et la colère» au régime de Kim Jong-Un s'il persiste dans ses menaces.

Dans la même catégorie