/regional/saguenay

Lac-Simon

Mort de Thierry LeRoux: le rapport du coroner toujours attendu

Laurie Fortin | TVA Nouvelles

Dix-huit mois après la mort du policier Thierry LeRoux dans l’exercice de ses fonctions à Lac-Simon, ses parents attendent toujours le rapport du coroner. Une situation qui est de plus en plus lourde à porter.

Les mois passent, mais la peine est toujours aussi présente pour sa famille. Le jeune policier de 26 ans est mort en février 2016 alors qu'il intervenait dans la communauté autochtone. Il a été abattu par Anthony Papatie, avant que ce dernier retourne l'arme contre lui.

L'expert devait remettre ses conclusions le 19 juin dernier. Un appel conférence entre lui et les parents de Thierry Leroux était même prévu pour en discuter, mais depuis la fin juin, c'est silence radio.

Michel LeRoux fonde beaucoup d'espoirs dans ce rapport. Il refuse que son fils soit mort en vain, et que les policiers sur le terrain ne soient pas mieux protégés dans de telles circonstances.

«L’objectif est de s’assoir avec des experts et déterminer ensemble qu’est-ce qu’on peut faire pour changer les choses. Ça ne ramènera pas notre fils, mais si ça peut empêcher d’autres familles de subir ce genre de traumatisme, on aura au moins participé à changer les choses», explique Michel LeRoux.

Certains changements ont déjà été apportés à Lac-Simon, depuis la nuit tragique de février 2016. Un minimum de 4 policiers par quart de travail est maintenant exigé sur le territoire.

Les moyens de communication ont également été modifiés afin que les renforts arrivent plus tôt sur les lieux.

Michel LeRoux s'attend toutefois à ce que le rapport du coroner aille beaucoup plus loin.

«On parle peut-être dans ce rapport de maladies mentales ou d’accès aux armes à feu. On va faire renaître des débats de société, d’opinion», termine M. LeRoux.

En attendant le rapport, Michel LeRoux s'investit dans la fondation qui porte le nom de son fils. Il prévoit une activité de financement prochainement au Saguenay-Lac-Saint-Jean, venant en aide aux jeunes de 4 à 25 ans.

Dans la même catégorie