/regional/quebec/quebec

Affiches haineuses

Un groupe d’extrême droite s’affiche à Québec

Valérie Gamache | TVA Nouvelles

La banderole installée dans la nuit de dimanche à lundi sur la traverse piétonnière qui surplombe l'autoroute Henri IV est restée accrochée pendant une vingtaine de minutes à peine, mais depuis elle ne cesse de faire réagir.

La banderole a été installée par des membres du groupe néo-fasciste Atalante, qui compterait une cinquantaine de membres actifs à Québec.

C'est un passant qui l'a retirée, mais une photo de la scène faisait déjà le tour des médias sociaux. On peut y lire «remigration», ce qui signifie retour des immigrants et de leurs descendances dans leur pays d’origine.

Le premier ministre Couillard a condamné le geste: «La liberté d’expression permet de dire des conneries, a-t-il déclaré. Notre rôle est de répondre à ça par des paroles de sagesse, d'équilibre et surtout de vérité.»

La députée du Parti québécois (PQ) Agnès Maltais a elle aussi réagi alors qu’elle présentait des amendements au projet de loi sur la neutralité religieuse de l’État.

«Je condamne totalement ce geste-là, a-t-elle affirmé. Ça n’a pas de sens. Ça dit aux gens qu’on va les retourner dans leur pays et je ne mange pas de ce pain-là.»

Le diocèse de Québec a également dénoncé le message envoyé aux immigrants. «Nous condamnons les gestes de refus de l'autre comme celui-là, a dénoncé Marc Pelchat, l'évêque auxiliaire de Québec. C'est une réprobation totale.»

Un endroit symbolique

La banderole avait été installée sur la traverse piétonnière pour des raisons évidentes de visibilité, puisque l'autoroute Henri IV est l'une des plus achalandées à Québec.

Mais l'endroit a aussi quelque chose de symbolique : du haut de la traverse, on a une vue sur deux quartiers du secteur Sainte-Foy, qui connaissent des hausses de leur population immigrante.

«Ça leur fait peur, c'est sûr que ça leur fait peur, a dit Lucie Trudel, secrétaire générale du comité de réfugiés Sainte-Foy-Saint-Yves, qui a accueilli dans le secteur pas moins de 500 immigrants depuis 1979. «Ils sont affectés parce que souvent, ils peuvent avoir vécu ça a-t-elle ajouté. Ça commence tranquillement, puis il y a eu une escalade jusqu'à ce qu’ils se sauvent de leur pays.»

La meute se dissocie

Le groupe d'extrême droite La Meute, qui milite contre l'islam radical, se dissocie du geste, disant ne pas connaître les membres du groupe néo-fasciste Atalante qui ont posé la banderole.

La Meute organise tout de même une manifestation dimanche à Québec pour dénoncer les politiques d'immigration de Québec et d'Ottawa en marge de la crise des migrants haïtiens. Une contre-manifestation organisée par le groupe «Bienvenue aux réfugiés» s'est déjà annoncée sur les réseaux sociaux.

Dans la même catégorie