/news/society

Vague importante

On compte près de 500 enfants parmi les demandeurs d'asile

Matthieu Payen | Agence France-Presse

Environ 500 enfants de migrants sont entrés irrégulièrement au Québec depuis le début de la vague de demandeurs d’asile, selon une estimation de la GRC.

Voyez dans la vidéo ci-dessus une entrevue avec Francine Dupuis, pdg adjointe au CIUSSS Centre-Ouest-de-l'Île-de-Montréal. 

Après plusieurs jours d’attente et de demandes, le gouvernement fédéral a enfin révélé jeudi le nombre de migrants qui ont passé de façon irrégulière la frontière canado-américaine.

Ils sont 7500 depuis le mois de juin, dont 3800 dans les 15 derniers jours, à avoir été interceptés au rang Roxham, a indiqué le surintendant principal de la GRC, Claude Castonguay, lors d’une conférence de presse tenue jeudi matin à Lacolle.

«Le flux de migrants passant illégalement au Canada en provenance des États-Unis est constant autour de 200 à 300 par jour, précise M. Castonguay. Nous avons eu des pics à 500, mais pas dans les derniers jours.»

Selon M. Castonguay, 5 à 10 % des personnes franchissant la frontière irrégulièrement sont des enfants.

«Il y a beaucoup de familles, mais il y a aussi un nombre important de personnes seules ou de couples sans enfant», assure-t-il.

À 10 jours de la rentrée scolaire, les écoles montréalaises vont devoir accueillir entre 400 et 800 enfants supplémentaires, si l’on se fie à l’évaluation de la GRC.

Un défi d’autant plus grand que les écoles de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) seront remplies au double de leur capacité dans cinq ans, selon un rapport dévoilé par Le Journal en juin. La CSDM prévoyait alors une augmentation de 1000 élèves par année, un nombre qui ne tenait pas compte de l’arrivée d’immigrants.

Décourager l’irrégularité

En plus de dévoiler les chiffres de cette vague, le gouvernement fédéral a rappelé son objectif de décourager ceux qui souhaitent franchir la frontière irrégulièrement.

«Le Canada a une longue histoire d’immigration, nous accueillons 300 000 immigrants par année, mais passer en dehors des postes-frontière est illégal et ne donne aucune garantie de pouvoir rester au pays», affirme Louis Dumas, directeur général à Citoyenneté et Immigration Canada.

Il a rappelé que seulement 50 % des Haïtiens demandeurs d’asile avaient obtenu gain de cause dans les dernières années.

Par ailleurs, le ministre fédéral Marc Garneau a exposé jeudi, à Saint-Bernard-de-Lacolle, quatre mesures pour s’ajuster à la situation.

Hébergement à Cornwall

Parmi celles-ci, il a annoncé l’ouverture d’un nouvel hébergement temporaire pour les migrants. Cette fois-ci, il sera situé à Cornwall, en Ontario, et sera sous responsabilité fédérale.

«Ce lieu sera là pour accueillir des gens de façon temporaire au cas où cela leur prendrait plusieurs jours pour trouver un logement permanent», indique M. Garneau. Présentement, 3307 personnes sont logées dans les centres d’hébergement de la région de Montréal.

Le ministre des Transports, qui était accompagné de la ministre provinciale de l’Immigration Kathleen Weil, a également annoncé la mise sur place d’une campagne aux États-Unis pour informer les demandeurs d’asile des risques en cas d’entrée irrégulière au Canada.

Les Forces armées canadiennes ont confirmé qu’elles avaient atteint l’objectif des 1200 lits dans les camps pour migrants installés à la frontière.

Quatre mesures annoncées par le fédéral

•Ouverture d’un hébergement temporaire sous responsabilité fédérale à Cornwall, en Ontario, avec 300 chambres disponibles.

•Campagne d’information à l’intention des éventuels migrants grâce aux consulats canadiens aux États-Unis pour contrer la désinformation qui circule sur les réseaux sociaux.

•Ajout d’un étage de bureaux dans les locaux montréalais d’Immigration Canada pour traiter plus de dossiers.

•Création d’un comité interministériel avec des ministres du fédéral, du Québec et de l’Ontario.

Interceptions de la GRC au Québec

85% sont des Haïtiens

•Juin 781

•Juillet 2996

•Août (1er au 15) 3800

Dans la même catégorie