/news/society

Les commissions scolaires se préparent

Beaucoup plus d’enfants que prévu parmi les migrants

Benoît Philie | Agence QMI 

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Au moins 2650 enfants de demandeurs d’asile sont arrivés au Québec depuis juin, soit cinq fois plus que ce qu’évaluait la GRC il y a à peine une semaine.

«Près du tiers des personnes qui viennent sont des jeunes âgés de moins de 18 ans. Nous avons eu les chiffres [mardi soir]», a indiqué mercredi la ministre québécoise de l’Immigration, Kathleen Weil, lors d’un passage à Montréal.

Elle participait aux côtés du premier ministre canadien Justin Trudeau à la deuxième rencontre du groupe de travail sur la question de l’arrivée des migrants à Montréal.

«Nous avons besoin du profil démographique de la population qui entre, pour que nos commissions scolaires se préparent», a indiqué Mme Weil.

En début de semaine, les commissions scolaires de la région de Montréal s’attendaient à recevoir entre 800 et 1000 enfants. La Commission scolaire de Montréal n’a pas pu commenter mercredi.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) avait indiqué la semaine passée que de 5 à 10 % des personnes qui franchissent la frontière de façon irrégulière sont des enfants. Avec les premières évaluations du nombre de migrants interceptés, cela équivalait à environ 500 jeunes.

Depuis juin, plus de 8000 migrants ont été interceptés au rang Roxham. Le gouvernement a été obligé de mettre en place des refuges pour abriter ces nouveaux arrivants, notamment à Montréal et Laval.

Trudeau se défend

Critiqué par l’opposition pour avoir tardé à agir dans ce dossier, Justin Trudeau s’est défendu mercredi de faire « du rattrapage » et assure que la situation est sous contrôle.

«Le travail qu’on est en train de faire est en train de donner des résultats extrêmement positifs. On est en mesure de traiter les dossiers de façon rapide», a-t-il dit.

Il a mentionné l’établissement d’hébergements temporaires et l’embauche de personnel supplémentaire pour traiter les demandes d’asile.

Le premier ministre a aussi tenu à s’adresser directement aux migrants.

«Vous ne serez pas avantagés si vous choisissez d’entrer au Canada de façon irrégulière. Vous devez suivre les règles, et il y en a beaucoup», a-t-il indiqué, répétant un avertissement lancé dimanche dernier.

M. Trudeau n’avait émis aucune indication aux demandeurs d’asile depuis son invitation lancée sur Twitter en janvier, alors que de premiers migrants commençaient à traverser la frontière.

«À ceux qui fuient la persécution, la terreur et la guerre, sachez que le Canada vous accueillera indépendamment de votre foi. La diversité fait notre force #BienvenueAuCanada», avait-il publié.

Mercredi, il a nuancé ses propos. «Le Canada est une société ouverte et accueillante, mais nous sommes aussi un pays de lois et notre tâche première est de protéger nos citoyens», a-t-il dit.

Trop tard

L’opposition estime toutefois que le mal est déjà fait.

La porte-parole des conservateurs en matière d’immigration, Michelle Rempel, estime que le gouvernement a donné de faux espoirs aux migrants.

Même son de cloche au NPD. «Nombreux sont ceux qui se demandent maintenant si le premier ministre voulait vraiment passer de la parole aux actes, ou s’il se satisfaisait plutôt de la forte augmentation de l’attention internationale et des louanges [...]», peut-on lire dans un communiqué diffusé mercredi.

Dans la même catégorie