/finance/consumer

Raffineries du Texas

L’ouragan Harvey fera grimper le prix de l’essence

TVA Nouvelles

Il fallait s'y attendre, l'ouragan Harvey aura des répercussions au Québec aussi : le prix de l’essence à la pompe risque d'augmenter.

Les spécialistes sont unanimes sur la question.

«Environ 20% de la production totale aux États-Unis est touché par cet ouragan», souligne Dan McTeague, analyste chez GasBuddy.

On devrait ressentir les premiers impacts sur le prix de l'essence ce jeudi.

Dix raffineries sur la côte du Texas ont cessé leurs activités de façon préventive en raison des inondations.

«Puisque le marché de l'essence est un marché qui est très réactif et très spéculatif aussi, il y a des décisions qui peuvent se prendre qu'on peut difficilement s'expliquer mais qui vont avoir un impact sur l'offre et la demande», explique Annie Gauthier, porte-parole chez CAA Québec.

La capacité de raffinage des installations américaines est privée de trois millions de barils par jour.

«Nous allons probablement voir les prix augmenter de 10 à 13 cents le litre d'ici jeudi.»

Souvenons-nous de l'ouragan Katrina en 2005 : à Montréal, le prix de l'essence était passé de 1,15 dollar le litre à 1,36 dollar en l'espace d'une semaine, selon des données de la Régie de l'énergie. Certaines régions comme la Mauricie avaient alors connu un bond de 30 cents le litre.

«Déjà, dans certains secteurs au Québec, le détaillant vend à perte, détaille Sonia Marcotte, de l’Association québécoise des indépendants du pétrole. Donc, il y a des secteurs ou la marge est très, très mince. Évidemment, nonobstant ce qui se passe sur les marchés. Mais un détaillant ne peut pas continuer de vendre à perte, de ne pas pouvoir couvrir ses coûts d'exploitation."

Des consommateurs résignés

À l'approche du long congé de la fête du Travail, les consommateurs sont résignés.

«On n'a pas vraiment le choix, donc, on va prendre notre véhicule pareil pour aller travailler le matin!», lâche une automobiliste.

«Ça coûte déjà cher d'essence, si elle commence à monter en plus, on va faire moins de déplacements, c'est sûr!», dit un conducteur rencontré par TVA Nouvelles

 «On est quand même obligés d'avoir nos autos, de l'essence. C'est cher, se désole une citoyenne. Le coût de la vie augmente, mais nous, notre argent n'augmente pas!»

-D’après le reportage de Charel Traversy

Dans la même catégorie