/regional/centreduquebec

Saint-Lucien

Une école qui déborde près de Drummondville

Jonathan Roberge | TVA Nouvelles

L'école primaire de Saint-Lucien, dans le Centre-du-Québec, est pleine à craquer et certains élèves ont même dû être refusés en cette rentrée scolaire. Des classes temporaires ont été aménagées dans la salle du conseil municipal et dans un local modulaire loué pour plus de 20 000 $.

C'est un deuxième combat que mène la municipalité. En 1994, Saint-Lucien avait dû racheter le bâtiment afin de garder l'école ouverte. Aujourd'hui, le défi consiste à trouver du financement pour son agrandissement.

Pour demander une subvention à Québec, Saint-Lucien doit obligatoirement passer par la commission scolaire qui y dispense l'enseignement. Or, cette dernière considère qu'il y a des besoins plus urgents, notamment dans les écoles secondaires de Drummondville, la ville voisine.

«Le gymnase, c'est aussi la cafétéria et la salle communautaire. Les jeunes doivent se dépêcher à dîner, car si l'âge d'or a une activité en après-midi, la salle doit être libre pour eux», a expliqué à TVA Nouvelles le maire de Saint-Lucien, François Bernard.

La bibliothèque est rudimentaire et l'orthopédagogue rencontre les élèves dans le bureau de la directrice, faute d'espace de travail.

L'agrandissement de l'école coûterait 5 millions $, une somme énorme pour une municipalité qui réussit à dégager environ 100 000 $ par année.

«On ne peut pas monter nos taxes, parce que les gens n'ont pas la capacité de payer. On ne peut pas envoyer les enfants ailleurs non plus, ce n'est pas une solution», a dit M. Bernard.

Le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, s'est dit sensible à leur cause. «Si on doit investir pour maintenir l'école dans les petites communautés, faisons-le, a-t-il indiqué. L'adage dit: «ça prend toute une communauté pour élever un enfant», mais ça prend aussi une école pour maintenir un village.»

Dans la même catégorie