/news

20 ans de LCN

Effondrement du viaduc de la Concorde: Maxime Landry se souvient

TVA Nouvelles

Alors que le Québec se remet encore de la fusillade du Collège Dawson survenue 17 jours plus tôt, une autre tragédie frappe la province.

Le 30 septembre 2006, un beau samedi ensoleillé, Maxime Landry monte à bord de l'hélicoptère TVA Nouvelles en direction de Laval où vient de s'effondrer le viaduc de la Concorde, qui surplombe l'autoroute 19.

«On reste bouche bée. On voit cet amas de béton et en arrivant au-dessus de la scène je me demande il y a combien de personnes coincées en dessous de ça et ça va prendre combien de temps pour les sortir. De quelle manière on va réussir à les sortir, si on réussit à le faire. Et ça a duré des heures», raconte le journaliste qui se souvient avoir vu les secouristes travailler «d'arrache-pied» pour venir en aide aux victimes.

Une fois de plus, Maxime Landry a ressenti une grande impuissance.

«Quand on est au-dessus de la scène, on sait qu'on est sur la corde raide de l'information, mais en même temps, quand tu regardes par la fenêtre et que tu vois les gens courir pour aider, on a un sentiment d'impuissance parce que, oui on est journaliste, mais on est humain aussi.»

Cinq personnes ont perdu la vie de cette tragédie qui a mené à une commission d'enquête présidée par Pierre Marc Johnson.