/news/law

Tuerie à la Mosquée de Québec

La preuve contre Alexandre Bissonnette «pratiquement» complète

Kathleen Frenette | Agence QMI 

Alexandre Bissonnette, l’auteur présumé de la tuerie de la Mosquée de Québec, est apparu amaigri, vendredi matin, dans la boite des accusés alors que la Couronne a déclaré sa preuve «pratiquement» complète.

Sur le coup de 9 h 30, Bissonnette, 29 ans, a été amené à la salle 4.14 du palais de justice de Québec, dont la moitié était occupée par des journalistes. Pâle et blafard, le jeune homme avait l’air un peu perdu, mais, rapidement, il s’est mis à écouter les échanges qui se déroulaient devant lui.

D’entrée de jeu, le procureur aux poursuites criminelles et pénales, Me Thomas Jacques, a fait savoir au juge Alain Morand que le ministère public avait remis «aujourd’hui même» l’ensemble de l’extraction informatique fait par la GRC ainsi que «plusieurs rapports» provenant du laboratoire des sciences judiciaires et de médecine légale de Montréal. En réalité, la divulgation de preuve est ainsi complétée.

«Il ne reste qu’un élément marginal à obtenir et, le 6 octobre, soit la prochaine date du retour du dossier devant la Cour, le ministère sera en mesure de déclarer sa preuve officiellement complétée», a déclaré Me Jacques.

En défense, Me Charles-Olivier Gosselin a demandé qu’à la prochaine date, son client soit exempté de se présenter au Tribunal.

«La présence de mon client engendre beaucoup de travail pour tout le monde», a-t-il dit, visant, entre autres, les lourdes mesures de sécurité qui entoure la présence de Bissonnette au palais de justice.

Cette demande a toutefois été refusée par le juge.

Il a également fait savoir au Tribunal qu’à ce stade-ci, il n’était «pas certain de faire une demande pour la tenue d’une enquête préliminaire, ni même celle d’une possible enquête pour remise en liberté.

Bissonnette sera donc ramené devant la Cour le 2 octobre prochain, date à laquelle la Couronne a dit qu’elle serait prête à fixer une date de procès.

Dans la même catégorie