/news/politics

#lajoutedujour | Vote de confiance au PQ

Lisée «bien en selle» n'a pas répondu à la question

TVA Nouvelles

En obtenant un appui sans équivoque de 92,8% cette fin de semaine au congrès du Parti québécois, Jean-François Lisée a démontré hors de tout doute qu’il était bien en selle à la tête du parti souverainiste, selon le duo de commentateurs de l’émission «La Joute».

Une «performance remarquable», soutient Luc Lavoie, en précisant que «le gars a été élu il y a moins d’un an avec 51% des votes – au deuxième tour, lui rappelle son complice Bernard Drainville –, ce qui veut dire qu’il y a près de la moitié du parti qui ne voulait pas de lui.»

Au jeu des prédictions, vendredi à la veille du vote de confiance, les jouteurs Lavoie et Drainville ont tous deux sous-estimé à quel point M. Lisée pouvait rallier ses troupes. Le premier prévoyait un appui de 80% et le second de 85%. Le commentateur invité à «La Joute» Antoine Robitaille n’a pas fait preuve d’un meilleur flair: sa projection tournait autour des 75 à 80% d’appui.

Même s’il a gagné le pari de «La Joute» – et la bouteille de vin promis par le perdant – Bernard Drainville devrait avoir le triomphe modeste, estime l’animateur Paul Larocque, car l’ancien député péquiste s’est trompé de 7 points de pourcentage, malgré ses «sources sûres».

«Il faut s’incliner, c’est un tour de force, à près de 93%, c’est quand même remarquable», insiste Luc Lavoie.

Un «chiffre piégeant»

Antoine Robitaille y va cependant d’une mise en garde au chef péquiste. «Ce chiffre peut être piégeant pour M. Lisée, comme il l’avait été pour Mme Marois, puisqu’on est presque au même chiffre, indique le chroniqueur du Journal de Montréal. Je pense qu’un chef ne doit pas s’asseoir sur un vote de confiance comme celui-là. Il doit constamment renouveler la confiance, continuer à consulter et aller voir les gens proches du parti», appuie-t-il.

«Après [le vote de confiance] de 2011, Mme Marois a vraiment passé un rouleau compresseur sur certaines décisions. On s’est assis sur ce vote-là et on s’est dit: "La confiance, on l’a et maintenant on prend les décisions". C’est le risque de ce gros chiffre-là», argue-t-il.

Le discours de Jean-François Lisée, en ouverture du congrès du PQ, a été déterminant dans le résultat du vote de confiance, observe Bernard Drainville. «Dans son grand discours-fleuve – d’une durée de 1h20, souligne-t-il – de vendredi soir, il a dit à ses militants ce que ces derniers voulaient entendre et le résultat a été un vote d’appui massif.»

Le chef du PQ n’a cependant pas répondu à une question que se posent non pas les délégués de son parti, mais plutôt de nombreux électeurs québécois: «Pourquoi voter Parti québécois?»

-Voyez un extrait de l’émission «La Joute» dans la vidéo ci-dessus

Dans la même catégorie