/news/world

Rapatriement de Canadiens

Le fédéral est «désolé» mais ne s’excuse pas

Guillaume St-Pierre | Agence QMI

Le gouvernement Trudeau admet des «erreurs de communication» dans sa gestion de la crise provoquée par le passage de l’ouragan Irma mais refuse de présenter ses excuses aux voyageurs canadiens touchés.

Questionnée à deux reprises en français et en anglais à savoir si elle devait des excuses aux Canadiens coincés dans la tempête, mardi, la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland a refusé d’en faire autant.

«Il est toujours possible de faire mieux», s’est contenté de répondre la ministre Freeland, invitant du même souffle les voyageurs concernés à partager leurs doléances avec son ministère.

Plus tôt en matinée, la ministre du Développement international Marie-Claude Bibeau a admis que le soutien du fédéral aux Canadiens touchés n’avait pas été à la hauteur.

«Nous avons eu une faiblesse au niveau des communications, j’en conviens», a-t-elle déclaré.

«Mais notre équipe sur le terrain a travaillé fort pour rapatrier nos gens. Dès qu’il a été possible de voler, nous l’avons fait, a-t-elle poursuivi. Nous étions prêts et nous avions une belle collaboration avec les compagnies aériennes.»

Mme Bibeau a souligné que des problèmes d’infrastructures dans les pays touchés ont ralenti les efforts canadiens.

Dans la même catégorie