/news/politics

Légalisation du cannabis

Québec doit cultiver et vendre, dit le Bloc

Guillaume St-Pierre | Agence QMI

Martine Ouellet

Simon Clark/Agence QMI

Le Bloc québécois suggère au gouvernement du Québec de rapatrier tous les pouvoirs d’Ottawa pour lui permettre de nationaliser la production du pot dans le but de profiter au maximum des milliards de dollars prévus en retombées.

«Le Québec ne peut pas se permettre de se passer de cet argent-là», affirme en entrevue la chef du Bloc, Martine Ouellet, qui estime que les profits de l’industrie du cannabis récréatif seront de 1,8 à 3 milliards $ dans la province.

Le Bloc déposera mardi un mémoire à l’occasion des consultations publiques sur l’encadrement du cannabis, dans lequel il suggère à Québec de cultiver et de vendre le pot récréatif par l’entremise d’une nouvelle division de la SAQ.

«La production est le nerf de la guerre», peut-on lire dans le rapport de 10 pages.

Le parti souverainiste souhaite ainsi que «tous les profits reviennent à l’ensemble des Québécois et des Québécoises plutôt qu’aux actionnaires de firmes privées».

En vertu du projet de loi fédérale, Ottawa possède le pouvoir exclusif de délivrer des permis de production du pot récréatif au secteur privé.

Dans le document, le Bloc rappelle que des entreprises qui lorgnent les milliards de dollars en jeu ont à leur tête d’anciens militants libéraux.

«Le gouvernement Trudeau parle beaucoup de l’aspect prévention, mais on dirait qu’il veut cacher le volet production. Il y a anguille sous roche», soutient Mme Ouellet.

Nationaliser la production du cannabis permettrait aussi de s’assurer de faire échec au crime organisé et d’assurer une meilleure prévention, selon la politicienne.

Le Bloc croit aussi que le Québec doit imiter l’Ontario et confier la distribution de la marijuana à une société d’État déjà responsable de vendre l’alcool, telle que la SAQ.

Dans la même catégorie