/news/currentevents

Stupéfiants livrés par drone

Colis livré par un drone à Bordeaux: une agente correctionnelle subit un malaise

Maxime Deland

 - Agence QMI

Une agente correctionnelle de la prison de Bordeaux a subi un malaise lorsqu’elle a ouvert un paquet renfermant une substance s’apparentant à des stupéfiants, mercredi en fin d’avant-midi, à Montréal.

Selon les autorités, les gardiens de prison ont localisé le paquet sur le terrain de l’établissement carcéral un peu avant 11 h.

C’est un drone qui aurait été utilisé pour «livrer» le colis à cet endroit. Le paquet était visiblement destiné à l’un des détenus de la prison.

Au moment d’ouvrir le colis, l’agente correctionnelle aurait perdu connaissance. Toutefois, ses collègues qui se trouvaient à proximité n’ont pas été incommodés.

La femme a été transportée à l’hôpital pour être évaluée. Elle a obtenu son congé au cours de l’après-midi.

Par mesure de sécurité, les pompiers de Montréal et les techniciens en explosifs de la Sûreté du Québec (SQ) ont été dépêchés sur les lieux pour effectuer diverses analyses.

Au final, le colis ne représentait aucun danger pour la sécurité du personnel et des détenus.

Des comprimés s’apparentant à des stupéfiants ont été découverts à l’intérieur du paquet. En soirée, la Sûreté du Québec a confirmé qu'il s'agissait de méthamphétamine.

Une enquête a été ouverte pour tenter de retracer la personne à qui ces comprimés étaient destinés et celle qui était aux commandes du drone.

Aucune arrestation n’a encore été effectuée dans cette affaire.

Toute personne détenant des informations en lien avec ce dossier est invitée à communiquer avec la Centrale de l’information criminelle de la SQ, au 1 800 659-4264.

Dans la même catégorie