/news/politics

Conseil des ministres à Val-d'Or

Départ de Jean-Louis Dufresne: Couillard promet un «style différent»

Marc-André Gagnon

 - Agence QMI

Après le départ de son controversé chef de cabinet, Jean-Louis Dufresne, Philippe Couillard a continué mercredi d'envoyer des signaux de changement afin d'apaiser la grogne au sein de son caucus.

Alors que certains se demandent si les derniers mouvements à son cabinet repousseront une fois de plus le remaniement ministériel attendu depuis le printemps, le premier ministre a réitéré sa volonté de faire «plus de place à la jeunesse» au sein de son équipe.

«On a des jeunes très talentueux dans notre caucus. Je pense que c'est le temps de donner un peu de souffle nouveau», a-t-il indiqué aux journalistes, lors d'une visite d'entreprise avec Lise Thériault et Luc Blanchette, à Val-d'Or, où sont réunis les membres du caucus libéral jusqu'à vendredi.

M. Couillard s'est évidemment bien gardé de s'avancer sur le moment auquel il pourrait apporter des changements.

«On va le voir dans quelques semaines, dans quelques mois. Vous verrez, mais c'est pas aujourd'hui», a-t-il laissé planer.

Un «style différent»

En début de journée, alors que se réunissait le conseil des ministres, toujours à Val-d'Or, M. Couillard a évoqué le souhait de présenter son gouvernement sous un «style différent».

C'est d'ailleurs l’une des raisons qu’il a invoqué pour justifier le départ de son chef de cabinet.

Il a du même coup minimisé l'impact du cafouillage entourant la candidature d'Éric Tétrault dans Louis-Hébert. «(Ce) n’est pas l’élément majeur», a affirmé le premier ministre, en expliquant le départ de son ami d'enfance.

Selon M. Couillard, les discussions en vue de ce départ ont débuté il y a plusieurs semaines. La première étape, pour son gouvernement, était «de relancer l’économie et les finances publiques», a exposé le chef libéral. «Ce travail est largement complété, a-t-il continué. Maintenant, on entre dans une phase de transformation. Ce sont des changements nécessaires quand on change le rythme du gouvernement.»

Malaise palpable

À l'entrée du conseil des ministres, le malaise était palpable. Nombreux sont ceux qui ont refusé de répondre aux journalistes lorsque questionnés à propos du départ de M. Dufresne.

Quelques-uns se sont tout de même portés à sa défense. «Ce que je lis dans les médias ne correspond pas à la réalité que moi j’ai vécue avec M. Dufresne», a dit le ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

Le leader parlementaire, Jean-Marc Fournier, a souligné que le poste de chef de cabinet est «extrêmement exigeant». «C’est sans arrêt. Vous êtes chez vous un samedi soir et le téléphone sonne quatre fois. À Noël, vous déballez les cadeaux et ça sonne encore. Il est normal [...] de passer à autre chose», a-t-il dit.

– Avec la collaboration de David Prince et de Véronique Prince

Dans la même catégorie