/news/world

État de Washington

Un mort et trois blessés lors d’une fusillade dans une école secondaire

Agence QMI

Quatre personnes ont été atteintes par balle, dont une qui a succombé à ses blessures, lorsqu’un tireur a fait irruption dans une école secondaire située près de Spokane, dans l’État de Washington, mercredi matin.

Selon des témoins rencontrés par le journal local «The Spokesman-Rewiew», la victime est un garçon, qui aurait été atteint à la tête. Les trois blessées, pour leur part, sont des adolescentes. Leur vie n’est pas menacée, ont précisé les autorités.

«Je mettais mon sac à dos lorsque j’ai entendu un bruit sourd. Je me suis retournée et je l’ai vu qui marchait. Il avait un pistolet et son visage était impassible», a raconté Elisa Vigil, une adolescente de 14 ans qui a assisté au drame.

Le meurtrier allégué a été appréhendé par les forces de l’ordre. «Le tireur est à l’arrière d’une voiture de police en ce moment», a déclaré le shérif Ozzie Knezovich, en faisant le point sur la situation mercredi.

Bien que son identité n’ait pas été immédiatement dévoilée, il semblerait que l’assaillant était un élève de l’école. «Il était toujours sympathique et comique et aussi étrange», a confié Michael Harper, l’un des amis de l’assaillant, au «Spokesman-Review». Selon lui, le suspect avait transmis des messages à ses amis en indiquant qu’il allait «faire quelque chose de stupide.»

L’événement s’est produit à l’école secondaire Freeman, située au sud de Spokane, vers 10h, heure locale.

Les trois blessées ont été transportées d’urgence au Centre médical Providence Sacred Heart. «Tout le monde est prêt. Nous nous entraînons régulièrement pour ce genre de situation», avait affirmé le responsable du département de chirurgie, Michael Moore, peu après la fusillade.

Les âges et identités des victimes n’ont pas été dévoilés dans l’immédiat.

Sur les réseaux sociaux, des photos montrant les enfants confinés dans des classes ont commencé à circuler, suscitant la crainte de nombreux parents qui se sont précipités vers l’école.

Les motivations de tireur demeuraient inconnues en fin d’après-midi, mercredi.