/news/currentevents

Vaste opération policière

La STM déplace un colis suspect de Laval à Montréal

TVA Nouvelles

Un employé de la Société de transport de Montréal (STM) a déplacé lundi soir un colis suspect dans un véhicule de la société de Laval à Montréal, un geste qui aurait pu avoir de graves conséquences si son contenu s'était avéré dangereux.

Le sac, qui contenait une trentaine de fioles au contenu inconnu, a été trouvé lundi soir au métro Cartier, à Laval. Selon ce qu’avance la Fraternité des constables et des agents de la paix de la STM, un cadre aurait donné la consigne à un agent de sécurité du métro de prendre le colis, de le mettre dans un véhicule de la STM et de le déplacer jusqu’au métro Henri-Bourassa.

C’est à cet endroit seulement qu’un appel au 911 a été fait, a appris TVA Nouvelles.

Un vaste déploiement des services d’urgence s’en est suivi : le groupe d’intervention du Service de police de la Ville de Montréal a été envoyé sur les lieux, tout comme les pompiers spécialisés en manipulation de matières dangereuses. Pendant l'opération, les experts ont établi un grand périmètre de sécurité.

Ils ont travaillé pendant six heures pour sécuriser le colis, qui s’est finalement avéré inoffensif.

Lorsqu’un colis suspect est trouvé, il faut éviter de le déplacer ou d’y toucher, le temps que les autorités s’assurent que son contenu ne comporte aucun risque d’explosion ou de contamination.

Enquête interne

La STM a refusé d’accorder une entrevue à la caméra à TVA Nouvelles. Dans un communiqué, on confirme mener une enquête «afin de faire toute la lumière sur les circonstances ayant mené au déplacement du colis».

La police de Laval, tout comme le service de sécurité incendie, a confirmé à TVA Nouvelles ne pas avoir été avertie de la découverte d’un colis lundi soir à la station de métro Cartier.

Le chef de l’opposition à l’hôtel de ville de Laval, Jean-Claude Gobé, déplore l’«irresponsabilité» d’avoir déplacé le sac en question.

«Le risque est qu’on contamine les gens à Laval en ne sécurisant pas le secteur et qu’on contamine ensuite les gens à Montréal, dit-il. C’est totalement irresponsable ou c’est une décision qui n’aurait pas dû se prendre. C’est comme ça que les catastrophes arrivent.»

-D'après les informations d'Elizabeth Laplante

Dans la même catégorie