/regional/estduquebec/cotenord

Sept-Îles

Le chef Mckenzie témoigne à son procès

Agence QMI | TVA Nouvelles

Le chef du conseil de bande de Uashat mak Mani-Utenam, Mike McKenzie, témoignait à son propre procès mercredi à Sept-Îles, sur la Côte-Nord. L'homme est accusé d'agression sexuelle sur une mineure.

Mike McKenzie continue de clamer son innocence. Comme il l'avait fait quelques semaines après son arrestation, Mike McKenzie affirme qu'il n'a rien à se reprocher. Il nie formellement avoir agressé ou avoir eu des relations sexuelles en 2000 et 2001 avec la plaignante.

Lundi, cette dernière a raconté avoir été agressé à l'âge de 13 ans à Mashteuiatsh alors qu'elle participait comme athlète aux Jeux autochtones interbande. Mike McKenzie était âgé de 26 ans à l'époque des faits allégués, et agissait comme chef de mission. La présumée victime a aussi relaté une autre agression survenue quelques mois plus tard à Uashat.

Mike McKenzie admet avoir fréquenté la présumée victime, mais seulement en 2005 lors d'une courte période de séparation avec sa conjointe.

Mike McKenzie affirme que la dénonciation de la présumée victime survenue en pleine campagne électorale de 2016 à la chefferie du conseil de bande visait à le déstabiliser. Il croit qu'elle voulait lui nuire afin de permettre à son frère, qui se présentait à la chefferie, de prendre le pouvoir. Malgré toute la controverse que ces révélations ont provoquée, Mike McKenzie a été réélu. Il a même mentionné que les accusations lancées publiquement sur Facebook ont fait augmenter ses appuis lors de la campagne électorale.

Mercredi matin, une série de documents émanant du conseil de bande a été déposée. Il s'agit de preuves de l'émission de chèques octroyés à la présumée victime et à deux membres de sa famille à titre d'aide humanitaire entre 2013 et 2016. Le chef a approuvé quelques paiements, mais la majorité des autorisations ont été faites par d’autres membres du conseil de bande. En déposant cette preuve, la défense voulait démontrer que le chef n’a jamais tenté d’acheter le silence de la présumée victime.

La preuve est maintenant close et les plaidoiries auront lieu jeudi.

Dans la même catégorie