/regional/saguenay

Mairie de Saguenay

Un candidat «démuni face à la machine» se retire

Pierre-Alexandre Maltais | Agence QMI

Bon dernier dans les intentions de vote du sondage Léger/«Le Journal» paru samedi, le candidat à la mairie de Saguenay Jacques Fortin a décidé de tirer un trait sur sa campagne mercredi après-midi.

S’il avoue que le maigre 4 % d’électeurs sondés qui ont dit vouloir voter pour lui a joué un rôle dans sa décision, c’est surtout cette impression de livrer un combat inégal contre les candidats des deux partis municipaux (Équipe du renouveau démocratique et Parti des citoyens de Saguenay), qui ont accès à des moyens financiers beaucoup plus grands que les candidats indépendants.

«C’est David contre Goliath. En plus, les candidats qui se présentaient avaient du temps contrairement à moi avec la Pulperie», a expliqué M. Fortin, qui a mis du coup un terme à sa carrière politique de 24 années en tant que conseiller municipal.

«Je suis sûr que j’aurais fait un bon maire [...]. Je n’ai jamais perdu et je ne voulais pas faire plonger mon monde quand moi-même j’avais des craintes», a ajouté celui qui compte poursuivre sa carrière à la direction de la Pulperie de Chicoutimi.

Le ton hargneux employé depuis le début non officiel de la campagne électorale et la discorde appréhendée au sein d’un conseil composé de conseillers issus de partis politiques auront fini par avoir raison de l’ambition de Jacques Fortin pour la mairie.

Il ne reste donc que quatre candidats à la mairie de Saguenay, soit Josée Néron (ERD), Jean-Pierre Blackburn (ind.), Dominic Gagnon (PCS) et Arthur Gobeil (ind.).

Dans la même catégorie