/regional/montreal/laurentides

Projet immobilier

Des citoyens d’Oka intimidés par des Mohawks

Yves Poirier | TVA Nouvelles

De mauvais souvenirs de la crise d'Oka viennent hanter des citoyens de cette municipalité des Laurentides, qui se disent victimes d'intimidation depuis plusieurs semaines de la part de traditionalistes mohawks de Kanesatake.

Cette intimidation survient au moment où un entrepreneur entreprend la phase finale d'un projet immobilier lancé en 2006. 

«Lors des travaux de la phase finale, des Mohawks se sont révoltés», raconte le maire Pascal Quevillon. «Le promoteur avait acheté le terrain en 2004, il y avait eu consultation avec des chefs mohawks en 2005, et en 2006 le projet avait débuté, sans anicroche, tout allait bien jusqu’au 12 juillet dernier, lors de la première manifestation des traditionalistes de la communauté mohawk de Kanesatake.»

Le maire ajoute que certains Mohawks font des tournées sous forme de patrouilles afin de s’assurer qu’il n’y a pas de développement immobilier qui se poursuit.

«Il y a eu des manifestations répétées qui ont eu lieu dans la partie à développer, des pancartes ont été installées sur des poteaux d’Hydro-Québec, des drapeaux ont été installés entre deux arbres à près de 100 pieds de hauteur, des autocollants ont été collés sur des panneaux d’arrêts, ainsi que des pancartes à vendre sur des portes de maisons en construction. Il y en a qui se promène avec des projecteurs la nuit et braque les fenêtres. Ça fait du bruit jour et nuit», s'inquiète-t-il.

«Le 30 juin, Ottawa a déposé une offre monétaire pour la «petite commune». Mais les traditionalistes ne veulent pas d’argent, ils veulent ravoir leurs terres qu’ils revendiquent. Cela inclue la Seigneurie du lac des Deux-Montagnes, ça va de St-Eustache jusqu’à Montebello en passant par Mirabel et Lachute. Il reste une quarantaine de maisons à construire, on est dans la phase finale. On s’approche d’un boisé privé. Il y a eu quelques coupes de broussailles dans un fossé pour pouvoir passer une ligne d’Hydro-Québec. Hydro a des servitudes de droit de passage sur la plupart des actes notariés au Québec. Or, ça suscité de l’inquiétude de la communauté, mais il n’est pas question d’empiéter dans cette forêt. Le projet ne touche pas la fameuse pinède, c’est une zone de conservation. C’est un terrain qui appartient à la municipalité d’Oka. Elle a été plantée il y a plus de 100 ans pour retenir le sable et prévenir les éboulements.»

 

Est-ce que la police intervient?

«Les gens ont des craintes, ils ne veulent pas la police chez eux pour ne pas envenimer la situation par crainte de se faire intimider davantage et de se faire vandaliser.»

Le maire dit qu’il est en contact avec l’attaché politique de la ministre Carolyn Bennett des Affaires autochtones et le directeur régional du ministère des Affaires autochtones à Québec, Luc Dumont. Ils disent qu’ils sont en négociation avec le conseil mohawk concernant l’offre déposée le 30 juin dernier.

«De leur côté, c’est assez silencieux. C’est pas mal moi, le maire, et les citoyens d’Oka qui ont la pression en ce moment. C’est dommage, en 2017, avec toutes les campagnes que les gouvernements font contre l’intimidation, c’est dommage qu’on endure ça.»