/finance/homepage

Charte des voyageurs

Le projet de loi d’Ottawa déjà critiqué

TVA Nouvelles

Les démarches du gouvernement Trudeau visant à mettre en place une charte des voyageurs font l’objet d’audiences, aujourd’hui, à Ottawa et les partis d’opposition ne se gênent pas pour dénoncer le manque de mordant de ce qu’il est convenu d’appeler le projet de loi C-49.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) et le Parti conservateur se disent insatisfaits des orientations données par le Parti libéral à ce projet de loi qui vise à protéger les voyageurs contre certaines actions et décisions des compagnies aériennes.

Ottawa souhaite entre autres que les voyageurs obtiennent une compensation en cas de surréservation sur un vol, de retards importants et de bagages perdus. L’opposition critique notamment le fait que, selon le projet de loi, c’est l’Office des transports du Canada qui serait chargé de déterminer la réglementation.

De son côté, le gouvernement dit vouloir trouver un équilibre entre voyageurs et compagnies aériennes.

«On ne veut pas que les prix montent à cause de tout ça, alors on va avoir un équilibre entre la charte, qui va accomplir son objectif, et le besoin de s’assurer que les lignes aériennes continuent de procéder», a expliqué le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau.

Le NPD demande aussi à ce que la charte contienne une clause en cas de désastre naturel qui s’appliquerait comme dans le cas de l’ouragan Irma, par exemple, et qui clarifierait le positionnement du gouvernement canadien pour sortir ses citoyens de l’embarras. Ottawa ne s’est toutefois pas montré favorable à une telle demande.

Les audiences qui doivent notamment faire entendre les compagnies aériennes, les regroupements de consommateurs et le Bureau de la concurrence se poursuivent aujourd’hui.

Dans la même catégorie