/finance/homepage

Immobilier

Première pelletée de terre pour le projet Union sur le parc

Guillaume Picard | Agence QMI

Capture d'écran

Toutes les unités de la phase 1 du projet immobilier Union sur le Parc, dans l’ouest du centre-ville de Montréal, ont été vendues en quelques jours à peine, si bien que le promoteur Prével a décidé de devancer la mise en vente de la seconde phase, qui sera pratiquement construite en même temps que la première.

Les deux tours de 20 étages comprenant 354 unités seront livrées près d’un an avant l’échéancier de départ, soit en 2020.

«On va construire le projet en continu, d’un trait», a dit Laurence Vincent, vice-présidente de Prével, en entrevue avec l’Agence QMI.

Selon elle, les désagréments pour les premiers occupants, pensons ici au bruit et à la poussière, s’en trouveront amoindris par le fait que le projet sera complété plus rapidement.

Toutes les unités de la tour 1, mise en vente le printemps dernier, ont trouvé preneurs en trois jours à peine. Et déjà, quelques jours après le début d’une vente VIP pour la tour 2, près de 60 % des condos ont été réservés. Le bureau des ventes offrira les unités de la phase 2 dès samedi, quatre-huit heures après la première pelletée de terre de jeudi matin lançant officiellement la construction de la phase 1 sur l’ancien site des Franciscains, sur le boulevard René-Lévesque Ouest.

Projet multigénérationnel de 60 millions $, Union sur le parc s’adresse à la fois aux baby-boomers, aux familles et aux premiers acheteurs grâce aux différentes superficies de condos proposées, en plus de maisons de ville, dont le nombre a par ailleurs été revu à la hausse devant l’engouement qu’il a généré.

Le promoteur Prével insiste beaucoup sur les espaces verts - deux parcs seront accessibles à la population - et sur la situation avantageuse de son projet, qui est situé près de la station de métro Atwater, dans le quartier Shaughnessy.

«On voit un vrai potentiel. C’est extrêmement valorisant de voir comment notre projet répond bien aux besoins de la clientèle. C’est au-delà de nos espérances», a indiqué Laurence Vincent, qui deviendra coprésidente de l’entreprise fondée par son père, Jacques Vincent, en janvier prochain, au moment même où s’amorcera le 40e anniversaire de Prével.

Selon Mme Vincent, Union sur le parc fait l’objet de petites modifications afin de répondre aux demandes des clients.

«On a appris de tous nos projets précédents. Union sur le parc, c’est l’amalgame de tout ça, la combinaison de tout l’apprentissage. On a réussi à inclure toutes nos connaissances à l’intérieur d’un même projet. On a fait des ajustements mineurs pour la phase 2. Nous avons par exemple ajouté une salle d’eau dans certaines unités. Ça n’a pas été simple, on a travaillé longtemps, mais on s’est ajustés», a-t-elle indiqué.

Nouveau projet

Prével, qui mène plusieurs constructions de front, notamment dans Griffintown, travaille en parallèle sur un nouveau projet au centre-ville de Montréal, a révélé Laurence Vincent.

Alors que l’économie de Montréal va bien et que l’inventaire des unités invendues est à son plus bas, selon Prével, l’entreprise est en train de conceptualiser sa prochaine proposition, dont les détails pourraient être annoncés l’an prochain.

«C’est le bon moment pour devenir coprésidente, car j’ai cette énergie avec moi, et le marché et l’économie vont bien. Alors oui, on a déjà un autre projet sur lequel on planche, très réaliste en termes de faisabilité. On travaille au changement de zonage en vue d’un lancement en 2018. On reste toujours dans le centre-ville et ses environs, on regarde aussi en périphérie, mais on veut surtout se concentrer au centre-ville parce que c’est notre force et qu’on y comprend le marché.»

Dans la même catégorie