/news/society

Honoraires

Difficile de magasiner son pharmacien

Hugo Duchaine | Agence QMI

Karanov images - stock.adobe.com

Les Québécois qui veulent payer leurs médicaments moins cher auront la tâche ardue, puisque les pharmaciens refusent de divulguer les honoraires qu’ils facturent par téléphone.

Les 12 pharmaciens contactés par Le Journal de Montréal vendredi ont affirmé qu’ils devaient avoir la prescription en mains pour être en mesure de fournir cette information.

«Je suis vraiment étonnée», déplore la présidente québécoise de l’Association canadienne des compagnies d’assurances de personne, Lyne Duhaime, qui promet de se pencher sur la question. Elle croit que les patients devraient pouvoir obtenir ces montants facilement.

Factures détaillées

Depuis vendredi, les factures fournies par les pharmaciens doivent inclure le prix du médicament, le montant versé au distributeur pour le transport et les honoraires qu’ils facturent pour service rendu, qui peuvent varier d’un endroit à l’autre.

Pour les patients qui souscrivent au régime public, remboursé par la RAMQ, ces honoraires sont fixés par le gouvernement à environ 9$. Mais lorsque le régime d’assurance est privé, ces coûts restaient auparavant secrets.

Vendredi, Le Journal de Montréal a appelé chez une douzaine de pharmacies pour connaître quels seraient les honoraires pour 30 comprimés de 40 mg de Pantoloc, un médicament couramment prescrit contre les ulcères d’estomac.

En personne

Malgré ces informations précises, les mêmes que contiendrait une prescription, les pharmaciens ont affirmé qu’il fallait se présenter en personne pour connaître les honoraires qui seraient facturés.

Un pharmacien s’est impatienté au téléphone que «Le Journal de Montréal» cherche à obtenir cette information avant de se déplacer, alors qu’une autre a allégué que le prix des honoraires changerait selon ce que le régime privé rembourse.

Or, l’Association québécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP) assure que les prix sont les mêmes pour toutes les compagnies d’assurance pour un même produit.

Seule une pharmacie de Laval a accepté de faire le calcul dans son système informatique. Le montant des honoraires pour un patient assuré au privé se chiffrait à près de 18$, soit le double qu’au public.

«Le code de déontologie du pharmacien ne l’oblige pas à donner de l’information au téléphone à un non-patient», a défendu le vice-président et directeur général de l’AQPP, Jean Bourcier.

Priorité sur place

La priorité, dit-il, est de servir les clients en succursale et les patients qui appellent.

Pour le pharmacien de Saint-Jérôme Georges-Étienne Gagnon, les patients ne devraient pas seulement magasiner le prix, mais aussi leur pharmacien. Il fait valoir qu’une pharmacie qui offre plus de services chargera plus cher, puisque les honoraires ne sont pas seulement la rémunération du propriétaire, mais qu’ils paient aussi pour l’électricité et le loyer.

Il assure que c’est seulement en personne qu’un pharmacien peut savoir s’il doit aussi surveiller les niveaux de potassium d’un patient et vérifier s’il prend d’autres médicaments, ce qui aura une influence sur les honoraires.

Plus tôt cette semaine, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a dit s’attendre à ce que les compagnies d’assurance fassent des compilations des pharmacies les plus abordables, comme c’est le cas aux États-Unis et en Ontario.

Une facture détaillée

Coût total de l’ordonnance: 35$

Montant assuré: 30$

Coût du médicament: 19,76$

Marge du grossiste: 1,28$

Honoraires du pharmacien: 8,96$ (ce montant inclut aussi les coûts de loyer, des employés et de l’électricité, par exemple)

Excédent non assuré: 5$

Il s’agit ici d’un exemple pour le régime public. Les montants peuvent varier au régime privé.

Source : RAMQ

Dans la même catégorie