/news/culture

Documentaire sur The Tragically Hip

Le courage de dire adieu avec «Long Time Running»

Isabelle Hontebeyrie | Agence QMI

Mike Hensen/London Free Press

Présenté au Festival de Toronto (TIFF) il y a quelques jours, le documentaire «Long Time Running» relate la dernière tournée du groupe canadien The Tragically Hip.

En mai 2016, le chanteur Gord Downie apprend qu’il a une tumeur au cerveau. Le cancer est incurable, mais il suit des traitements de radio et de chimiothérapie avant de se faire opérer. Immédiatement après, The Hip prend la décision d’effectuer une tournée, à la fois pour dire «au-revoir» à ses admirateurs et pour soutenir la sortie de «Man Machine Poem», son 13e album studio.

«C’était comme un rêve ; je ne m’étais jamais senti aussi bien sur scène. Je voulais que le concert dure toujours et je voulais remercier chaque personne, face à face», explique Gord Downie dans ce documentaire signé Jennifer Baichwal et Nicholas de Pencier («Watermark»).

Si les quatre autres membres de la formation - le guitariste Paul Langlois, le guitariste Rob Baker, le bassiste Gord Sinclair et le percussionniste Johnny Fay - comprennent cette volonté de monter sur scène à travers le pays afin de remercier les fans, ils n’en sont pas moins dubitatifs, ne pensant pas une seconde que Gord sera capable physiquement de tenir plusieurs mois sur la route. Lors de la première répétition, le chanteur en pleure ; il lui faut six téléprompteurs puisqu’il ne se souvient plus des paroles.

Mais loin d’être misérabiliste ou cherchant à provoquer les larmes, «Long Time Running» fait la part belle aux réflexions des membres du groupe, aux moments forts de cette tournée (dont The Hip n’a jamais dit qu’il s’agissait de la dernière) et aux témoignages des employés (celui de la costumière Izzy Camilleri, notamment). On en apprend également un peu plus sur l’historique de The Hip et ses jeunes années.

Le tout est parsemé de notes manuscrites de Gord Downie et, bien sûr, ponctué de succès comme «Long Time Running», qui donne son titre au documentaire, ou encore «Ahead By a Century» et tant d’autres qui bercent la vie des mélomanes depuis 30 ans.

La finale, avec une prestation à Kingston, en Ontario, et une retransmission suivie par 11,7 millions de personnes, est à la fois un moment d’émotion pure et la preuve qu’il a fallu à Gord Downie et au groupe un courage incroyable pour dire «au revoir» au public de cette manière.

Note : 4 sur 5