/news/currentevents

Après une cavale de 1500 km

L'enfant rescapé va bien

Antoine Lacroix | Agence QMI 

MOHAMED KADRI / AGENCE QMI

L'enfant rescapé se porte bien selon sa famille malgré la cavale affolante de 1500 km dans laquelle son père l’a entraîné pendant 24 heures.

Il se trouve présentement en Ontario dans un centre pour les enfants ayant vécu des traumatismes.

«Ce qui est important présentement, c’est seulement son bien. [...] Tout va être fait pour mettre son bien-être de l’avant», soutient Daniel Barbe, l’oncle du garçon.

«Il sera là pour le week-end. C’est une sorte de ferme et le directeur du centre va s’occuper personnellement de lui en raison de la gravité des événements. Nous serons régulièrement tenus au courant de son état, mais, pour l’instant, ce qu’on me dit, c’est qu’il a bien dormi et qu’il a bien déjeuné», précise M. Barbe, encore très secoué.

Le garçon de 6 ans sera de retour au Québec lundi matin, où il sera pris en charge par les autorités.

«Nous avons juste hâte de le serrer dans nos bras, de le voir pour de vrai. Il ne manquera jamais d’amour», lance l’oncle de l’enfant, impatient.

Réunion familiale

Il est encore trop tôt pour savoir de quelle façon l’enlèvement a affecté psychologiquement l’enfant, ce qui inquiète sa famille.

«Nous sommes encore dans le néant pour ça. On ne sait toujours pas s’il a vu sa mère. Une chose est sûre, il a fait tout le trajet dans le camion. On ne sait pas comment ça s’est déroulé», poursuit-il.

Une réunion familiale a été organisée hier afin de décider comment la tragédie serait gérée dans le futur, notamment pour savoir qui aurait la garde de l’enfant.

«C’est certain qu’il va y avoir beaucoup d’encadrement à faire avec le petit. On n’a pas encore pris toutes les décisions, mais tout le monde va subvenir à ses besoins. On essaie de trouver la meilleure façon de l’aider», indique M. Barbe.

Pour la famille Barbe, c’est «un cauchemar qui ne semble pas finir», mais on tente de garder le moral malgré tout.

«On rit et on pleure, on se rappelle de bons souvenirs de Véro. Il y a un gros deuil à faire, mais nous sommes une famille très proche», raconte Daniel Barbe.

Le père hospitalisé

Le père du garçon, Ugo Fredette, aurait essayé de s’enlever la vie hier, dans sa cellule du poste de police de la ville de Renfrew, en Ontario, peu après avoir comparu, selon TVA Nouvelles. Les blessures qu’il s’est infligées étaient si graves qu’il a été transporté à l’hôpital où il a passé la nuit.

L’homme de 41 ans risque d’être accusé d’enlèvement et de séquestration et pourrait devoir répondre du meurtre de son ex-conjointe, a indiqué l’ex-sergent de la Sûreté du Québec, Jean-François Brochu, sur les ondes de LCN.

Il pourrait faire face à d’autres accusations en Ontario où il aurait résisté à son arrestation. Les autorités ontariennes ne l’ont toutefois pas formellement accusé pour le moment et continuent leur enquête, a confirmé une porte-parole de la police provinciale de l’Ontario.

Il sera rapatrié au Québec par les policiers pour la suite des procédures judiciaires dès que son état de santé le permettra.

- Avec la collaboration de Vincent Larin

Dans la même catégorie