/regional/montreal/montreal

Effondrements

Les pompiers de Montréal prêts à affronter un séisme

Agence QMI

Les secouristes appelés à intervenir après le tremblement de terre majeur survenu mardi au Mexique se retrouvent engagés dans une course contre la montre pour sauver le plus de victimes possible des décombres. À Montréal, les pompiers se disent prêts à faire face à un séisme de la même ampleur.

«C’est un travail qui doit être fait rapidement. Par contre, c’est un travail qui doit être fait de façon méthodique. En aucun cas, on veut exposer nos sauveteurs à des risques», a expliqué Philippe Gauthier, chef de division aux équipes spécialisées au Service de sécurité incendie de Montréal, en entrevue à LCN mercredi.

Le service d’incendie de la métropole dispose de 115 pompiers spécialisés en sauvetage technique, répartis dans trois casernes sur l’île de Montréal.

Selon M. Gauthier, il est difficile de s’improviser sauveteur. «C’est un travail qui requiert des gens de haut niveau. [...] Si c’était un événement qui devait se produire dans la région de Montréal, nos intervenants procéderaient d’une façon minutieuse. Tout d’abord, en assurant la sécurité autour des bâtiments en établissant des périmètres pour les citoyens. Il y aurait une analyse extérieure qui serait faite pour identifier les risques potentiels d’effondrement ou de chutes de débris», a énuméré le spécialiste.

Le pompier juge qu’il est difficile d’évaluer quels seraient les dégâts si Montréal devait être frappée par un séisme de magnitude 7,1 comme celui qui a touché le centre du Mexique, puisque le code du bâtiment du Québec prévoit des standards de résistance sismique.

M. Gauthier a profité de l’occasion pour inviter les Québécois à participer à la Grande Secousse (www.grandesecousse.org), un événement de sensibilisation qui se tiendra le 19 octobre prochain à 10 h 19. Cette simulation a pour but de sensibiliser la population aux bonnes façons de réagir lors d’un tremblement de terre.

Dans la même catégorie