/news/law

Homicide involontaire de son bébé

Michée Roy condamné à 12 ans de pénitencier

TVA Nouvelles 

Coupable de l’homicide involontaire de son bébé âgé d’à peine deux mois à Richmond en Estrie, Michée Roy devra purger une peine de 12 ans derrière les barreaux, moins la détention préventive. C’est donc dire qu’il lui reste 8 ans et 7 mois de détention.

C’est ce qu’a décidé la juge, Claire Desgens, lundi au palais de justice de Sherbrooke.

Il s’est présenté devant cette dernière d’un air impassible, comme si rien ne lui revenait de ces événements qui sont survenus en janvier 2015, alors qu’il avait la garde de ses deux enfants.

En 2015, l’homme de 37 ans avait secoué son enfant, lui infligeant de graves lésions au cerveau. Hospitalisé dans un état neurovégétatif, le petit Kylen est décédé six mois plus tard.

La couronne avait réclamé une peine de 12 à 14 ans de prison pour Michée Roy en raison de l'absence de remords, de ses antécédents de violence et du fait qu'il a tendance à se considérer comme une victime plutôt qu’à prendre les moyens pour se réhabiliter,

La juge a également parlé de son caractère impulsif, d’ailleurs il a eu 22 manquements disciplinaires et 13 relèves de violence depuis son arrivée à la prison Talbot.

Depuis 1998, Michée Roy accumule les antécédents judiciaires. L'homme de 37 ans a été trouvé coupable de 59 chefs d’accusation différents, dont une demi-douzaine en lien avec des crimes violents.

«On sait qu’il sera loin pour un bout, durant ce temps on pourra, panser nos blessures, mais on n’oubliera jamais cela, c’est impossible. Ce qu’on cherche c’est un jour, être capable de pardonner et se dire que c’est fini», raconte le grand-père de la victime, Pierre Paquin qui était présent en salle d’audience.

Qualifiant les événements de geste isolé et non prémédité et insistant sur le fait que l'enfant n'avait jamais été violenté avant que ne survienne cette perte de contrôle inexplicable de la part de l'accusé, la défense avait plutôt estimé qu'une peine de sept ans servirait davantage les fins de la justice.

Michée Roy compte tout de même aller en appel de sa sentence. Pour le moment, aucune date n’a été fixée.