/news/politics

Décision contre Bombardier

Le Canada «fortement en désaccord»

TVA Nouvelles et Agence QMI

La ministre des Affaires étrangères du Canada, Chrystia Freeland, a vivement dénoncé la décision rendue par les États-Unis contre Bombardier en fin de journée.

«Le Canada est fortement en désaccord avec les enquêtes en matière de droits antidumping et de droits compensateurs liées aux importations d’avions civils gros porteurs en provenance du Canada, a-t-elle réagi. Il est évident que la décision vise à éliminer les aéronefs de la série C de Bombardier du marché américain», a poursuivi la ministre Freeland, qui a rappelé que la CSeries représente des milliers d’emplois aux États-Unis.»

«Les décisions préliminaires du département du Commerce américain favorisent presque toujours le plaignant américain», a-t-elle également ajouté.

La ministre Freeland a répété qu’en raison de cette décision défavorable, il n’était pas question d’acheter des chasseurs Boeing Super Hornet pour l'armée canadienne. Le Canada devait en acheter 18.

«Notre gouvernement ne peut pas avoir des relations cordiales, des relations normales avec une compagnie comme Boeing qui essaie de détruire notre secteur aérospatial, a-t-elle affirmé. Ce n’est pas possible pour nous et je pense que les Canadiens nous comprennent très bien.»

Elle a déclaré vouloir continuer le développement du secteur aérospatial au pays.

Pour sa part, le député bloquiste responsable du Commerce international, Gabriel Ste-Marie, a dénoncé «une tentative d’assassinat commerciale contre un fleuron de l’économie québécoise».

Dans la même catégorie