/regional/montreal/montreal

Élections municipales

Le transport en commun gratuit réduirait la congestion routière à Montréal

Zacharie Goudreault | Agence QMI

JOEL LEMAY/24 HEURES/AGENCE QMI

Une nouvelle étude affirme que la gratuité du transport en commun à Montréal pourrait aider à réduire la congestion routière sur l'île.

Le chercheur à l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS), Bertrand Schepper, affirme dans une étude publiée jeudi matin que la gratuité des services de la Société de transport de Montréal (STM) permettrait de réduire le nombre de voitures sur les routes de la métropole.

«Je crois que si on facilitait l’entrée dans le transport en commun, ça changerait cette mentalité de l’automobile», a affirmé M. Schepper en entrevue au «24 Heures».

Cette mentalité, qui provient selon lui de l’époque où le Canada était «un grand constructeur d’automobiles», ne sera pas facile à changer, a reconnu le chercheur. «Mais si on ne prend pas les moyens d’agir aujourd’hui, on n’y arrivera pas», a-t-il ajouté.

L’étude affirme que la gratuité du transport en commun dans la métropole coûterait 620 millions $ par année. «On a l’impression que 620 millions $ pour la gratuité du transport en commun, c’est beaucoup, mais c’est parce qu’on croit que la route est gratuite, ce qui n’est pas le cas», a-t-il indiqué.

En réduisant le nombre de véhicules sur les routes de la métropole, la gratuité du transport en commun permettrait de diminuer les frais occasionnés par les travaux routiers, a précisé le chercheur. «Les problèmes de congestion ont des effets sur les coûts de maintenance des routes», a-t-il rappelé.

Afin que le transport en commun devienne attrayant pour les automobilistes, il faudra «prévenir la classe sardine», a-t-il déclaré, faisant ainsi référence à l'achalandage important des services de la STM aux heures de pointe. À un peu plus d’un mois des élections municipales, M. Schepper réclame donc davantage d’investissements dans le réseau de transport en commun de la métropole.

Rester en ville

Afin de réduire le montant de la facture, l’IRIS propose d’opter d’abord pour une gratuité partielle pour les étudiants de 25 ans et moins et les personnes âgées de 65 ans et plus.

En plus de «briser l’isolement des aînés», une telle mesure aiderait les personnes sans emploi à se rendre plus facilement à des entrevues d’embauche, a déclaré le chercheur. «Le transport en commun doit faciliter l’accessibilité en général», a-t-il soutenu.

Par ailleurs, en n’ayant plus à dépenser pour circuler à l’intérieur de la métropole québécoise, les Montréalais «augmenteraient leur pouvoir d’achat» et seraient moins incités à quitter la ville pour la banlieue, a-t-il ajouté.

Financement

Selon l’IRIS, le gouvernement du Québec pourrait financer la gratuité du transport en commun à Montréal par le biais du Fonds vert, qui est dédié entre autres à la lutte aux changements climatiques.

Le chercheur estime également qu’Hydro-Québec «pourrait abolir les tarifs [d’électricité] pour la STM» afin d’aider au financement du projet.

La Ville de Montréal s’est engagée à réduire sa production de gaz à effet de serre de 80% d’ici 2050.

Dans la même catégorie