/news/society

Manifestations tendues sur l'immigration

Choc des idées à la frontière

Agence QMI

Des manifestations sur la question du sort des migrants ont eu lieu samedi au poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle, en Montérégie, ainsi qu’à Ottawa.

À Saint-Bernard-de-Lacolle, des centaines de manifestants étaient présents en début d’après-midi, tout comme de nombreux policiers qui veillaient au bon déroulement des rassemblements.

Le groupe Storm Alliance, qui ne cache pas ses préoccupations face à l'arrivée massive de migrants à la frontière, a manifesté non loin d’un regroupement de militants pros migrants. La tension était palpable entre les deux groupes.

«Faque Trudeau, il faut que tu partes mon grand. Ça suffit. (...) Il y a combien d’autres nations qui vivent ici? Des Chinois, des Indous... Y’a personne qui est d’accord avec ça», a dit une manifestante anti-migrant, en pointant la frontière canado-américaine, lors d’une entrevue à TVA Nouvelles.

«Il va falloir que vous arrêtiez de viser le peuple québécois. Moi je suis une réfugiée, et vous m’insultez quand vous me traitez de raciste», a-t-elle ajouté.

Arrivés nombreux par voitures et autobus scolaires au poste frontalier, les membres de Storm Alliance se défendent d'être racistes et disent ne pas tolérer les messages haineux. Sur sa page Facebook, le groupe se décrit comme une organisation non partisane dont l’«unique but est de protéger les droits du peuple» et «la défense de la Charte des droits et libertés».

Bienvenue aux migrants

Une autre manifestation, cette fois organisée par un groupe en faveur de l’arrivée des migrants, a eu lieu au même moment.

Les organisateurs de ce rassemblement souhaitaient démontrer leur support et leur solidarité envers les migrants et les réfugiés récemment arrivés au pays. Ils voulaient également leur souhaiter la bienvenue.

«Aujourd’hui, on est venu pour assurer une présence autant symbolique que concrète. C’est un message d’accueil pour les réfugiés. Et aussi, on est là parce que des groupes d’extrêmes droites comme Storm Alliance sont venus pour intimider et on est là pour dire que ce n’est pas correct», a expliqué un militant pro migrant.

Des véhicules ont été détournés vers d’autres postes frontaliers pendant les manifestations. L’attente pour entrer au Canada à ces autres postes, plus petits, pouvait aller jusqu’à 45 minutes.

À Ottawa, la Coalition canadienne des citoyens concernés organisait aussi un rassemblement sur la colline du Parlement pour «exposer l'hypocrisie et les politiques du gouvernement Trudeau sur de nombreux fronts». Plusieurs membres de cette nouvelle alliance d’extrême droite se sont présentés en fin d’avant-midi.

Ils ont fait face à un groupe beaucoup plus large formé de manifestants pro-immigration.

Les esprits se sont échauffés entre les deux camps, qui étaient toutefois surveillés de près par le service de police de la capitale fédérale. Les manifestants se sont dispersés en début d’après-midi.

Dans la même catégorie