/regional/quebec/quebec

Enrochement des berges

Des organismes dénoncent le projet de Labeaume

Jean-Luc Lavallée | Agence QMI 

Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

L’enrochement des berges du fleuve, à Beauport, suggéré par Régis Labeaume afin d’accomplir sa propre vision de la phase 4 de la promenade Samuel-De Champlain, suscite l’indignation au sein des groupes de défense du Saint-Laurent.

Accès Saint-Laurent ¬Beauport, le Comité ZIP de Québec et ¬Chaudière-Appa¬laches ainsi que le Conseil régional de l’environnement (CRE) dénoncent cette façon de faire « d’une autre époque » qui risque d’avoir des impacts ¬environnementaux ¬importants sur la faune et la flore marine.

«C’est comme si on retournait en arrière. Je ne crois pas que ¬l’enrochement soit la solution pour redonner l’accès au fleuve aux citoyens», a réagi Hamida Hassein-Bey, la directrice du Comité ZIP.

«Nous sommes surpris d’entendre encore parler de ça au 21e siècle », a-t-elle renchéri, rappelant que ¬l’enrochement, lors de la construction de l’autoroute Dufferin-Montmorency, avait «causé la destruction de ¬l’habitat de ¬poissons, notamment le bar rayé.»

En point de presse jeudi ¬dernier, le maire sortant a annoncé son désir d’avoir une piste cyclable et un sentier tout le long du littoral est, entre la baie de Beauport et le pont de l’île d’Orléans, à l’image de ce qui s’est fait dans l’ouest. Il veut négocier avec le gouvernement pour le forcer à revoir son plan, ¬dévoilé en 2016, qui prévoyait uniquement des «points d’accès» au fleuve sur une distance de 8 km.

Enrochement dans l’ouest ?

À une question sur l’étroitesse de ¬l’emprise entre l’autoroute et le fleuve, le maire a suggéré l’enrochement. «On va faire exactement ce qu’ils ont fait entre le quai des Cageux et le pont de Québec ; on va enrocher», a-t-il laissé tomber.

Or, ce n’est pas ce qu’il s’est passé, ont rectifié plusieurs intervenants. «Dans l’ouest, les roches étaient déjà là. On a déplacé le boulevard ¬Champlain, on n’a pas empiété sur le fleuve», insiste Alexandre Turgeon, du CRE. Ce ¬dernier suggère plutôt de ¬transformer -l’autoroute en boulevard urbain et de rétrécir les voies pour gagner de ¬l’espace en bordure du fleuve.

Pour sa part, Jean Lacoursière, d’Accès Saint-Laurent Beauport, juge que la Ville devrait faire faire une «vraie» consultation publique sur la phase 4.